jeudi 21 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Laskri appelle les syndicats à la mobilisation Abonnez-vous au flux RSS des articles

16 oct. 2016
11:39
0 commentaire Ali Laskri, membre du présidium du FFS.

Le membre du Présidium du Front des forces socialistes (FFS), Ali Laskri, a animé, hier, une conférence qui a réuni les militants et sympathisants du parti à la maison de Jeunes Taous Amrouche.

 

Et de sa tribune, il a appelé à la bonne gouvernance pour atteindre, selon lui, la démocratie vers laquelle on doit impérativement aboutir pour l’avenir des générations futures.

Il est néanmoins convaincu que cet objectif ne peut être atteint sans un large rassemblement des forces vives de la nation. Occasion pour lui d’appeler alors les organisations syndicales mais aussi les membres de la société civile, actifs sur le terrain, à une mobilisation «pour imposer le changement et rejeter en bloc les décisions antisociales». Lesquelles décisions ne manqueront pas d’avoir des effets négatifs sur la croissance dont a grandement besoin le pays pour sortir de la crise et passer à l’après-pétrole.

Et pour cause ! L’orateur a expliqué longuement qu’avec «la chute du prix des hydrocarbures», combiné à l'absence de «vision prospective», cela va assurément déstabiliser le pays et l’exposer à «des risques majeurs.» Pour convaincre son auditoire, il citera deux exemples précis : la loi de Finances 2017, qu’il a qualifiée d’antisociale. Mais aussi le code du travail en préparation, qui va fragiliser davantage le pays au plan social. Ali Laskri s’attend au pire car c’est un texte que l’on prépare «sans consensus et sans concertation» des acteurs sociaux et politiques. Ce qui justifie, selon lui, son appel à une large mobilisation pour dire non à ces lois antisociales et antipopulaires.

C’est la raison pour laquelle aussi il a mis en avant le concept de «bonne gouvernance», qui va de pair, insistera-t-il, «avec la démocratie». Et laquelle bonne gouvernance passe nécessairement par une «gestion contrôlée et rationnelle des fonds de l'Etat» qu'il espère voir être mis au service du développement, qui soit «performant au plan économique et protecteur au plan social», et pour l’amélioration du cadre de vie des populations.

Pour Ali Laskri, la loi de finances 2017 va indubitablement avoir un impact négatif sur la population alors que celle-ci est déjà largement éprouvée. On ne peut pas lui imposer à nouveau un plan d’austérité et surtout de la part de ceux qui n’avaient rien proposé lorsque l’argent coulait à flots.

Il a insisté alors sur l'impératif de renforcer l'exercice démocratique dans le pays pour espérer, dira-t-il avec insistance, atténuer les effets de la crise, notamment sur les couches défavorisées. Et pour atteindre cet objectif, Ali Laskri, a recommandé aux forces vives de la nation de rejoindre l’initiative de son parti, le FFS, et son projet de large débat visant la reconstruction du consensus national, qui demeure, selon Laskri, «la seule et unique solution pour sortir de la crise.»

Salim Aït Sadi

Mots-clés
Sur le même sujet
18févr. 2017

Laskri : Le FFS n’a pas le droit à l’erreur

02mai 2014

Le FFS ne fera pas partie du prochain gouvernement

26avril 2014

Ahmed Batatache ce matin à Constantine «Nous nous placions en dehors de l’échéance électorale du 17 avril »

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.