dimanche 23 juillet 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

La convocation du corps électoral imminente Abonnez-vous au flux RSS des articles

28 janv. 2017
08:33
0 commentaire Les élections auront lieu dans les 3 mois qui précédent la fin du mandat

Si l’on se réfère aux dernières déclarations du secrétaire général du FLN qui recevait au siège du parti des organisations estudiantines, le président de la République ne tardera pas à convoquer le corps électoral.

 

Ce serait même imminent si l’on tient compte de la date avancée par Djamel Ould Abbes pour la tenue du scrutin des prochaines élections législatives. En effet, lundi dernier, en recevant quelques syndicats d’étudiants au siège du parti à Alger, Djamel Ould Abbes a annoncé que «les élections législatives auront lieu le 4 ou le 11 mai prochain ». «Mais rien n'est encore officiel », a-t-il tenu, toutefois, à préciser. «Nous demanderons au ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique de ne pas programmer les examens durant cette période pour permettre aux étudiants de voter dans leur lieu de résidence », a-t-il ajouté, par ailleurs.

Même s’il prend la précaution, sans doute pour ne pas avoir à froisser l’exécutif auquel appartient la primeur d’annoncer la date du scrutin, il reste que Djamel Ould Abbes ne doit pas se hasarder à quelques prévisions sans avoir été au préalable dans le secret des Dieux. Loin d’être fortuite, cette date semble à tout point de vue vraisemblable  car en vertu de la loi électorale, les élections législatives doivent avoir lieu dans les trois mois qui précédent la fin du mandat en cours. Or, le mandat de l’actuelle législature s’achève le 10 mai prochain. Dès lors, on peut en conclure que la date la plus plausible pour la tenue des élections est le 4 mai prochain. Et si cette date venait à être retenue, le président de la République devrait donc naturellement convoquer le corps électoral le samedi prochain, soit le 4 février. «Sous réserve des autres dispositions prévues par la présente loi organique, le corps électoral est convoqué par décret présidentiel dans les trois (3) mois qui précèdent la date des élections», stipule l’article 25 de la loi électorale.

Marquée jusque-là par une certaine apathie, malgré quelques activités ça et là des partis, la scène politique devrait alors s’emballer. Surtout que les partis auront, dès la convocation du corps électoral, un mois pour confectionner leurs listes électorales. Un travail qui n’est pas de tout repos au regard des ambitions qui s’expriment et se manifestent chez nombre de militants, mais aussi au vu de certaines contraintes objectives, comme trouver le nombre de candidats nécessaires, pour nombre de partis si l’on exclut les plus représentatifs, ou encore les femmes qui devraient y figurer, comme l’exige la loi organique fixant les modalités d'élargissement de la représentation de la femme dans les assemblées élues. On a déjà eu un avant goût de ces ambitions qui s’aiguisent avec les remous qui ont commencé à secouer les partis du FLN et du RND. Et cette situation ne manquera pas de toucher d’autres partis.

Une fois achevée, les partis seraient appelés à s’aiguiller vers les citoyens dans l’espoir de les convaincre de leur programme mais surtout de se rendre aux urnes, une mission qui s’annonce difficile dans une conjoncture économique marquée par la dégradation du pouvoir d’achat et dans un contexte de crise de confiance vis-à-vis du personnel politique, une espèce de lassitude née des promesses non tenues et d’une dépolitisation de la frange juvénile de la population. Reste que les prochaines élections vont préfigurer des rapports de force en perspective de l’élection présidentielle. Et Djamel Ould Abbes ne manque pas de le souligner. «Les prochaines législatives constituent une étape politique importante et décisive, car elles interviendraient en prélude à la prochaine élection présidentielle », a-t-il dit aux étudiants en estimant qu’ils «avaient un rôle important à jouer à l'image de leurs prédécesseurs lors de la guerre de libération 1954 », appelant « ces derniers à la mobilisation pour sensibiliser les citoyens et toutes les catégories de la société, notamment les jeunes à la nécessaire participation aux prochaines législatives ».

Sofiane Tiksilt

Sur le même sujet
15janv. 2014

Présidentielle : le 19 janvier, dernier délai pour la convocation du corps électoral (juriste)

21janv. 2014

Plus de 22 millions d'électeurs inscrits sur les listes électorales au 31 décembre 2013 (responsable)

17janv. 2014

Élection présidentielle : retrait à partir de samedi des formulaires de souscription de signatures (ministère)

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.