lundi 24 juillet 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’Inspection, œil de Moscou du gouvernement Abonnez-vous au flux RSS des articles

11 juil. 2017
11:44
0 commentaire Les inspecteurs ont le statut de chargés de mission auprès du 1er ministre

Abdelmadjid Tebboune l’avait annoncé le 21 juin dernier lors de la présentation du plan d’action du gouvernement. Elle est aujourd’hui matérialisée, puisque le décret exécutif y afférent a été publié dans le dernier journal officiel.

 

Il s’agit bien entendu de l’inspection générale placée près du Premier ministre. Le décret en question fixe ses missions et la définit comme étant un organe d’information et d’évaluation de la mise en œuvre des politiques publiques arrêtées dans le cadre du plan d’action du gouvernement.

Le décret exécutif la charge du contrôle et de l’évaluation de « l’application de la législation et de la règlementation régissant le fonctionnement des services de l’Etat, des collectivités territoriales, des entreprises, organismes. » Même le privé n’est pas exempt de ce contrôle, notamment celui qui bénéficie de la contribution financière de l’Etat. Cela veut dire que le gouvernement sera plus regardant sur la destination des finances publiques. L’inspection, comme la dénomme le décret exécutif, a également pour mission de contrôler «l’application et la mise en œuvre des instructions et décisions du président de la République et du Premier ministre ainsi que celles arrêtées en conseil des ministres et en réunions du gouvernement.» Mais aussi l’exécution des projets d’investissement et de développement, la qualité de la gestion des services suscités et de leurs prestations.»

Côté organisation, le décret dispose que cette nouvelle structure, qui sera censée être l’œil de Moscou du gouvernement, est composée d’un inspecteur général assisté de 10 à 20 inspecteurs. L’
Inspection intervient dans des missions de contrôle inopinées ou annoncées. Elle peut, explique le décret « être chargée par le Premier ministre de missions d’enquête sur des situations particulières ou exceptionnelles. » Les inspecteurs sont tenus au secret professionnel.

Par ailleurs, ce texte règlementaire, précise qu’aucun refus ne peut être opposable aux inspecteurs, sous peine de mesures coercitives

F. Ababsa

Sur le même sujet
27déc. 2012

Assises de l’Inspection générale des finances 206 rapports élaborés entre 2011 et 2012

03oct. 2016

« L’ONSP œuvre pour la modernisation du service public »

15mars 2014

Le décret portant mise en place de l’observatoire du service public promulgué au plus tard en avril prochain

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.