jeudi 14 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’UE veut se protéger contre le terrorisme
L’expérience algérienne, un cas d’école Abonnez-vous au flux RSS des articles

16 janv. 2014
21:08
0 commentaire Michel Reveyrand de Menthon, représentant spécial de l’UE pour le Sahel

Le représentant spécial de l’Union européen pour le Sahel, Michel Reveyrand de Menthon, actuellement en visite en Algérie,  a déclaré qu’Alger abritera début février une rencontre internationale sur le terrorisme  avec la participation de 29 pays.   

 

« Cette rencontre est une initiative de Global Counterterrorism Forum que co-président l’Algérie et le Canada », a-t-il indiqué, à l’occasion d’une conférence de presse  qu’il a animé conjointement, cet après-midi, avec Gilles De Kerchove, le Coordinateur de l’UE pour la lutte antiterroriste.

L’Union européen veut davantage de coopération avec l’Algérie dans le domaine de la lutte anti-terroriste.  Pour cet objectif, les européens  se déploient à calquer l’expérience algérienne pour mieux contrecarrer les mouvements terroristes qui menacent les pays du Sahel, mais également le Vieux continent.

Sur ce point, une délégation de l’Union européenne séjourne actuellement à Alger pour discuter de ce fléau avec les responsables algériens.  Les intervenants ont expliqué, durant la rencontre avec les journalistes,  que « l’Algérie représente un partenaire important de l’UE pour l’adoption d’une  stratégie dans la lutte antiterroriste. Car l’Algérie joue un rôle central dans la région du Maghreb et en Afrique.  Pour cela nous travaillons beaucoup avec l’Algérie qui a beaucoup d’expérience dans ce domaine»,  ont soutenu, d’une seule voix,  Michel Reveyrand de Menthon et Gilles De Kerchove.

Michel Reveyrand a expliqué les démarches entreprises par l’UE pour assurer la sécurité et la stabilité dans la région du Sahel.  Selon lui, la solution n’est pas seulement d’ordre sécuritaire. « Pour rétablir la sécurité et la stabilité dans cette région sensible, nous devons surtout aider les populations autochtones via un programme de développement », a suggéré cet expert.

« L’Europe consacre un gros budget pour la reconstruction du Mali et des régions touchées ou susceptibles d’être touchées par le terrorisme. 20% de ce budget est destiné au volet sécuritaire. Les 80% restants sont orientés vers le développement socioéconomique et vers la reconstruction des institutions notamment à travers l’aide au retour à la légitimité populaire avec l’organisation des élections législatives et présidentielles au Mail », a affirmé le représentant spécial de l’UE pour le Sahel. 

En ce qui concerne l’avenir et le développement de cette région « mouvante », Michel Reveyrand ambitionne, avec les pays de la région à mettre en place « des projets communs, trouver une nouvelle approche transfrontalière entre les Etats et établir un nouveau dialogue avec l’ensemble des acteurs impliqués dans le conflit sans exclure aucune partie. 

Pour sa part, Gilles De Korchove a surtout parlé du terrorisme qui met en danger les pays des deux rives de la grande bleue. Pour lui, il ne faut surtout pas reproduire la gestion du dossier relatif aux djhadistes qui ont participé à la guerre en Afghanistan et qui sont revenus plus tard dans leurs pays respectifs,  pour poursuivre le même combat chez eux et contre leurs propres États.

« L’Algérie a été victime du terrorisme prôné par les gens revenus d’Afghanistan », rappellera le coordinateur de l’Union européenne. Pour parer à ce danger, Gilles De Kerchove a estimé nécessaire de « mettre en place un système de surveillance pour détecter les gens candidats au djihad à l’étranger notamment en Syrie où les volontaires sont originaires de 40 pays différents. Il est également impératif de mettre un dispositif pour prendre en charge les sujets qui reviennent du djihad ». Pour clôturer ce chapitre,  Gilles De Kerchove a annoncé « une loi en gestation pour criminaliser  le voyage des « djihadistes » vers un pays étranger pour aller combattre ». 

Mahmoud Chaal

Sur le même sujet
15janv. 2014

Volonté de l’UE de consolider son partenariat avec l’Algérie en faveur de la stabilité dans la région du Sahel

24juin 2013

Réunion du groupe de travail régional sur le terrorisme à Oran L’expérience algérienne mise en avant

13mars 2017

Algérie/UE : signature d’une convention de 20 millions d'euros

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.