jeudi 14 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’Algérie cohérente vis-à-vis de l’Afrique Abonnez-vous au flux RSS des articles

30 nov. 2017
17:05
0 commentaire "Nous condamnons vivement les opérations d’esclavagisme qui se sont déroulées en terre libyenne"

« Sur sept ou huit ans, l’Algérie a dépensé plus de 100 millions de dollars d’aide à cinq pays de la sous-région du Sahel pour former une dizaine de compagnies de forces spéciales et leur donner d’énormes équipements’, déclarait Ahmed Ouyahia. 

 

Le premier ministre, représentant du président de la république au 5e sommet Union africaine-Union européenne qui se tient dans la capitale ivoirienne relevait le rôle joué par l’Algérie et son « implication solidaire » dans la lutte antiterroriste particulièrement dans la sous-région sahélienne.  En sus des « énormes efforts » fournis sur le plan bilatéral avec ces pays, à savoir le Tchad, le Mali, le Niger, et la Mauritanie et la Libye. L’Algérie, dira le premier ministre à cette occasion qui a « partagé avec la famille africaine et le reste du monde » son expérience dans la lutte antiterroriste ne peut être qu’à l’aise vis-à-vis du partenariat Afrique-UE ce qui n’a pas été vrai pour tout le monde. Il releva, « sans polémique aucune », le cas de l’Union Européenne qui, a-t-il dit à titre comparatif annoncé une aide de 50 millions de dollars pour la force G5 Afrique, relevant que cette aide provient de 28 pays de l’UE mais, dans les faits rien n’est sur quant à son octroi.

Il rappellera aussi toute la détermination de l’Etat algérien dans la lutte implacable contre le terrorisme soulignant que c’est le président de la République, lui-même « qui a été chargé par ses pairs africains de prendre en charge le thème de la lutte contre le terrorisme » ce que l’Algérie a accompli « non seulement avec la kalachnikov à la main » mais, partagé largement son expérience de dé-radicalisation. Il saisit l’occasion pour exprimer la position algérienne quant au traitement inhumain de migrants africains en Lybie dénonçant et « condamnons vivement les opérations d’esclavagisme qui se sont déroulées en terre libyenne. Je crois qu’il faut avoir la justesse de vue de ne pas en accuser nos frères libyens qui ont vu leur pays détruit et qui sont en train d’essayer de recoller les morceaux » a tenu à préciser le Premier ministre.

                

A.Merabetti

Sur le même sujet
29juin 2015

Denis Thokozani Dlomo, Ambassadeur d'Afrique du Sud en l'Algérie "Nous sommes ouverts à toutes les opportunités d’affaires"

20juil. 2017

Algérie-UE : session pour la mise en place d'un mécanisme de lutte antiterroriste à Bruxelles

16janv. 2014

L’UE veut se protéger contre le terrorisme L’expérience algérienne, un cas d’école

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.