jeudi 19 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Entre meetings, conférences et travail de proximité Abonnez-vous au flux RSS des articles

09 avril 2017
20:02
0 commentaire Les urnes comme expression directe

Elle n’a pas démarré sur les chapeaux de roues, mais elle a donné le La sur les visées des candidats.

 

Il s’agit bien entendu de la campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai prochain. D’Est en Ouest, pour ceux des dirigeants des partis qui en choisi les régions, les maîtres mots étaient les mêmes. Voter massivement pour barrer la route à la manipulation des voix et à la fraude. Et chacun y est allé avec sa vision d’une nouvelle Algérie, de ses solutions de sortie de crise.

A partir de Bordj Bou Arreridj, Louisa Hanoune arbore un nouveau slogan, outre celui « pour l’avènement d’une deuxième République », c’est celui de «Maintenant ça suffit !» qui revient dans le discours. En Allusion aux dispositions des lois de Finances 2016 et 2017, mais aussi à la loi sur la retraite et à l’avant-projet de loi portant code du travail que le PT qualifie «d’esclavagiste».

Le Secrétaire général du RND a choisi la commue de Bouteldja dans la wilaya de Tarf et Guelma pour entamer, officiellement, la campagne électoral, déclinant ainsi son programme qui ne diffère en rien, selon lui et qu’il soutien, de celui du président de la République. Il le défend d’ailleurs bec et ongles en rappelant toutes les réalisations depuis son avènement aux commandes du pays. A commencer par la réconciliation nationale et la concorde civile qui ont « ont contribué à sécher les larmes rendre la sécurité au pays », Il insistera beaucoup sur ce thème sur la page Facebbof du parti et Youtube où Ahmed Ouyahia a décide de décliner sa vision des choses en trois langues (arabe, français et tamazight).

Pour sa part, le Parti de la liberté et la justice, dirigé par Mohamed Saïd, ex-ministre de la Communication qui réapparaît pour la deuxième fois pour les législatives, a préféré entamer sa campagne par une prestation de serment de ses têtes de listes qui se sont engagées à « être fidèles à la nation et à respecter leurs engagements électoraux.» Pour le reste, c’est le travail de proximité qui est privilégié.

C’est ce que a choisi justeent le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Lequel, après l’animation d’une conférence de presse s’en est allé à la rencontre des citoyens à travers les rues de la capitale, en commençant par Belcourt.

Makri sera beaucoup plus symbolique. Avec son acolyte Menasra tête de liste de l’alliance MSP-FC dans la wilaya d’Alger il s’est rendu à la place Emir Abdelkader. Il lancera d’abord une colombe, comme pour signifier, et il l’a déjà laissé entendre hier, qu’il voulait la pais et non la guerre avec le pouvoir, avant de se saisir d’un mégaphone pour louer les mérites de l’Emir Abdelkader, le père de l’Etat-nation. Mais comme il se trouvait par loin de la bourse Port Saîd, le président du MSP a plaidé pour l’organisation du marché de la devise à travers l’ouverture de bureaux de change privés.

Le FFS, lui, a choisi la région du M’zab pour faire la promotion de son projet de consensus national. Tandis que le FLN a appelé à voter pour la sécurité du pays en optant, pour ce premier jour de campagne pour la wilaya d’où a été tire la première balle le 1er novembre 1954, en l’occurrence Khenchela.

 

 

Sur un autre registre, mais toujours dans le cadre de la campagne, les partis étaient appelé à s’exprimer librement sur les ondes de la radio mais aussi sur les plateaux de télévision. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’on a l’impression qu’ils souffrent de difficultés de locutions.

En voulant aborder tous les thèmes de leur programme électoral, leur propos deviennent incohérents  tant ils se mêlent les pinceaux dans les constats et les propositions de solution. Passant d’une langue à une autre sans cohérence aucune dans les propos. Ais ce qu’il faut signaler c’est le fait que certains partis boudent ces espaces, ça été le cas pour certains partis politiques aujourd’hui, dont le RCD. 

Lakhdar Aizouni

Sur le même sujet
09avril 2017

L’Algérie profonde d’abord, la capitale en dernier

17avril 2017

Démonstration de force de Mokri et Ould Abbès

23mars 2014

Campagne électorale Trois semaines pour convaincre

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.