mercredi 20 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Développement humain : L’Algérie au 83ème rang Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 oct. 2016
15:00
0 commentaire Les préoccupations de la jeunesse sont placées au cœur des politiques

Le classement de l’Algérie  dans l’indice de développement humain du PNUD (IDH) a enregistré une avancée importante c’est dernière années. Selon un rapport sur le développement, l’Algérie a amélioré son classement avec un gain de 24 places entre 2010 et 2014. Elle est passée du rang 107 au rang 83, précise le rapport. 

 

Le document indique, également que  le PIB par habitant a augmenté en volume de 2% par an. La consommation des ménages, en relation avec la création d'emploi et les hausses salariales, a substantiellement augmenté de 4,9% par an en volume, lit-on dans le rapport rendu public à l'occasion de la Journée de la diplomatie algérienne et de la Journée des nations Unies. Le rapport,  a fait référence, par ailleurs, à la réduction des inégalités en termes de consommation entre les individus. Il précise que la part des 20% de la population qui consomme le moins passe de 7.8 % en 2000 à 8.4% en 2011 tout en rappelant que le salaire national minimum garanti (SNMG) a augmenté de 200% entre 2000 et 2014.

Le rapport relève, par ailleurs, que les préoccupations de la jeunesse composante vive de la société, sont placées au cœur des politiques de toutes les institutions du pays. Cela s'observe notamment  selon le rapport dans l'emploi et l'insertion professionnelle des jeunes.  A ce titre, l'accessibilité à ce dernier a été élargie à toutes les catégories de la population, dont celles à besoin spécifique. Le rapport relève des progrès indéniables, mais souligne que les défis à relever restent néanmoins nombreux et de multiples faiblesses structurelles sont encore prégnantes.

Au plan économique, le rapport indique que ces déficiences se retrouvent dans la faible diversification économique, la mono-exportation d'une ressource non renouvelable, la dépendance des importations, la forte sensibilité aux chocs exogènes.  Au plan social, le document estime que les politiques menées (éducation/formation, santé, logement, soutien au pouvoir d'achat, emploi, protection sociale), qui mobilisent des ressources financières importantes de l'Etat, gagneraient à améliorer l'accessibilité aux différents programmes qui y sont rattachés.

Lynda Mellak

Sur le même sujet
01sept. 2012

Selon l'ONS La population en sous emploi est estimée à 17,9 %

18sept. 2014

Communiqué commun de la réunion de la tripartite

25sept. 2012

Développement industriel Le nouveau gouvernement mise sur la PME

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.