vendredi 15 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Des membres du CC exigent la tête d'Ould Abbès Abonnez-vous au flux RSS des articles

08 mars 2017
14:46
0 commentaire Cela fait 14 ans que le FLN n'arrive pas à sortir la tête de l'eau

Le secrétaire général du FLN devait les rencontrer hier après-midi. Mais la contestation est telle qu’il a dû reporter la rencontre à samedi prochain.

 

Il s’agit en fait d’une réunion qui doit le regrouper aux candidats têtes de listes devant conduire le FLN avec une majorité absolue, comme il se plaît à le revendiquer à la Chambre basse du Parlement.

En optant pour le report du conclave censé être suivi d’une conférence de presse, Djamel Ould Abbès pense certainement que le début du week end pourrait calmer les esprits. Ce d’autant que la contestation des listes et le choix des candidats ne se limite plus à quelques mouhafadas ou kasmas, dont plusieurs ont été fermées, saccagées, voire incendiées. Elle s’est en fait élargie à un bon nombre de membres du comité central qui ne demandent pas moins le départ de Djamel Ould Abbès et de son bureau politique.

Dans un communiqué signé par un certain nombre des membres du comité central, les contestataires estiment que le secrétaire général « s’est désisté, lu et le bureau politique, de leurs prérogatives dans la préparation des listes électorales. » Les rédacteurs ne disent pas au profit de qui s’est fait ce désistement, mais sont persuadés que tout cela s’est fait en dehors des structures du parti. Ce qu’ils qualifient de trahison de la part du SG t du BP envers les militants, dont ils ont abusé de la confiance. Aussi, appellent-ils l’ensemble des membres du CC et des cadres du parti à entamer dès aujourd’hui (8 mars) le processus de destitution de Djamel Oul Abbès.

Pour sa part, Hocine Khaldoun, membre du comité central et démissionnaire du bureau politique, a estimé que l’avenir lui avait donné raison et qu’il était lui aussi persuadé que les listes des candidats ont été concoctées ailleurs. Il ira jusqu’à montrer du doigt le Premier ministre tout en affirmant qu’il ne détenait pas de preuves, mais qu’il revenait à Abdelmalek Sellal de «s’en laver les mains publiquement.»

C’est dire que la journée de samedi ne sera pas de tout repos pour Djamel Ould Abbès.

F. Ababsa

Sur le même sujet
11mars 2017

Ould Abbés : "J'assume l'entière responsabilité des listes

24janv. 2017

FLN : Rush des prétendants à la députation

28janv. 2017

La convocation du corps électoral imminente

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.