lundi 29 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Crise en Libye: une réunion prévue fin mars à Alger Abonnez-vous au flux RSS des articles

01 mars 2017
15:59
0 commentaire "Un rôle central des l'ONU dans le processus de solution politique à la crise libyenne".

Après la réunion de tenue le 17 février dernier à Tunis, regroupant l’Algérie, l’Egypte et la Tunisie pour la résolution de la crise libyennes, une autre réunion réunissant les pays voisins de la Libye est prévue à Alger vers la fin de ce mois en cours. 

 

«La prochaine réunion des pays voisins de la Libye va se tenir en Algérie vers fin du mois de mars», a déclaré aujourd’hui le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, sur les ondes de la Radio nationale.

Toutefois, Messahel a  précisé que, les parties concernées par cette rencontre attendent que «le Secrétaire général de l'ONU désigne son nouveau représentant spécial en Libye ou conforter celui déjà en poste, à savoir Martin Kobler, pour pouvoir se réunir».

Ainsi, Messahel met en avant,  le rôle central des Nations Unies dans le processus de solution politique à la crise libyenne, rappelant la résolution onusienne 2259. Cette résolution, a noté M. Messahel, détermine le rôle des uns et des autres, comme elle est favorable à une solution politique et pour le principe de la non interférence, estimant qu'il "faut appliquer cette résolution".

M. Messahel qui a rappelé que l'Algérie, « n'a pas d'intérêts particuliers en Libye, ne s'ingère jamais dans les affaires des autres », a  relevé, que elle «jouit d'une crédibilité auprès de tous les partenaires libyens pour deux raisons majeures. La première est liée à (sa position) d'équidistance entre les différentes parties au conflit alors que la deuxième repose sur le principe de la non interférence et la non-ingérence».

A ce propos, Messahel a tenu a ce que « la solution est une affaire de Libyens, elle doit être basée sur le dialogue direct entre les Libyens qui ont les moyens et les compétences pour s'en sortir à condition qu'il n'ait pas d'interférences dans leurs affaires».

Cependant Messahel a averti contre les différentes initiatives qui s’effectuent dans plusieurs pays pour la résolution de la crise libyenne et qui risquent de compliquer le conflit. « Nous sommes contre la multiplication des initiatives, parce que plus vous multipliez les initiatives, plus vous vous éloignez de la solution », a déclaré Abdelkader Messahel qui considéré que « l’idéal est qu’il y ait une initiative libyenne. Il y a déjà un accord politique (accord de Skhirat du 17 décembre 2015) qui, à notre sens, est important et qui est le socle de ce qui est la Libye aujourd’hui. ».

Mais, « maintenant, un accord, ce n’est pas le Coran. Il peut faire l’objet de révision. Cela est du ressort exclusif des Libyens ». Ainsi il «peuvent à n’importe quel moment le corriger, l’amender ou revoir sa structure. Mais, l’accord reste le socle. S’il disparaît, il n’y aura plus de légitimité pour les institutions », a prévenu le ministre, rappelant la position de l’Algérie sur le rejet de toute intervention militaire.  

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
25avril 2017

"L'accord politique en Libye est le socle de la solution, qu’il faut préserver"

04juin 2015

3e round du dialogue inter-libyen Convergence autour d’un gouvernement d'union nationale

10mars 2015

Crise libyenne Début d’un processus de paix à Alger

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.