samedi 25 février 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Bouteflika appelle à préserver la souveraineté économique Abonnez-vous au flux RSS des articles

31 oct. 2016
15:22
0 commentaire Abdelaziz Bouteflika, président de la République.

« La réalisation d'un développement économique et social à la mesure des besoins de notre population requiert un effort soutenu et demeure exposée aussi aux aléas de la conjoncture économique et géopolitique extérieure. Voilà pourquoi, le succès de cette bataille nécessite un front intérieur solide, afin d'en relever les défis multiples, dont je relèverai trois en particulier », écrit le président de la République dans un message adressé aux Algériens.

 

Un message qui intervient à l’occasion de la commémoration du 62e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, le 1er novembre. Considérée par le chef de l’Etat comme une « communion nationale en hommage à nos glorieux martyrs et en reconnaissance à ns vaillants moudjahidine et moudjahidate, ceux et celles que nous malheureusement quitté déjà, et ceux et celles auxquels nous souhaitons bonne santé et longue vie.» et d’ajouter, comme pour répondre aux nostalgiques de l’Algérie française : La nuit coloniale a été jalonnée de massacres proches du génocide. Elle a généré aussi une spoliation massive de nos terres, au profit de colons étrangers, alors que des milliers d'Algériens subissaient la déportation. Elle a donné lieu, également, à une tentative d'éradication de notre identité nationale. Telles furent, parmi d'autres tout aussi condamnables, les réalités du colonialisme en Algérie, des réalités que nul discours outre-mer, ne saurait à jamais ni travestir ni encore moins effacer.

Après avoir fait une sorte de rétrospective de toutes les étapes traversées par le pays, y compris la période de la décennie rouge et rendu hommage à l’Armée populaire nationale qui mène une lutte’ implacable contre le terrorisme, le président de la République a appelé les Algériens à la constitution d’un front uni et solide pour faire face aux dangers qui guettent le pays. Il les appellera également à relever trois importants défis. Le premier a trait à la sécurité du pays, des personnes et des biens, « sans laquelle, écrit le président de la République, le développement serait entravé, sinon même compromis. » Pour ce faire, l’Algérie « sait compter sur les capacités, le professionnalisme et le patriotisme de l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale, ainsi que sur le potentiel et l’expérience de ses corps de sécurité pour préserver l’intégrité du territoire et éradiquer les résidus du terrorisme de son sol. » Le premier magistrat du pays ne manquera pas de rendre également hommage à tous les autres corps de sécurité du pays « qui veillent notamment à la sécurité des citoyens et à la lutte contre les fléaux qui menacent notre société. » La sécurité du pays, la destruction du terrorisme, le recul des fléaux criminels et même la sécurité publique, sont autant de causes qui nécessitent, estime Abdelaziz Bouteflika, la vigilance collective, à laquelle il appelle chaque citoyen et chaque citoyenne. Comme il les appelle à plus de civique et à être derrière l’armée et les autres corps de sécurité pour lutter contre le terrorisme qui « est un fléau en expansion dans le monde et dans notre voisinage », tout comme le trafic d’armes et de drogues « qui ont atteint un seuil dangereux dans notre sous-région. »

Le chef de l'Etat tacle l’opposition

Le second défi à relever pour le chef de l’Etat est celui de la préservation de la souveraineté économique. Faisant une sorte de bilan de tous ce qui a été réalisé sur le plan économique avec tout ce que cela implique comme infrastructures de bases et projets structurants, M. Bouteflika insistera sur les difficultés financières que connaît le pays depuis la chute des prix du pétrole. Cependant, dira-t-il, le pays est capable de se relever en raison du remboursement anticipé de la dette et d’une gestion prudente des réserves de change. Ils « nous permettent aujourd’hui de préserver notre indépendance de la décision économique et je suis convaincu que chacun de vous tient à la sauvegarde de cette indépendance qui concorde avec notre fierté nationale. » D’où son appel à la mobilisation nationale pour partager « l’effort que nous imposent nos difficultés financières conjoncturelles, afin de poursuivre notre processus prometteur de développement. » Sur un autre plan le chef de l’Etat appel à la préservation de la paix sociale et en appelle aux partenaires sociaux pour ce faire. « J'invite, également, les citoyens à faire preuve de discernement face aux discours populistes ou électoralistes, » allusion à l’opposition et aux syndicats autonomes qui dénoncent le projet de loi sur la retraite à 60 ans.

 La stabilité politique fait partie du troisième défi à relever pour le président de la République. Lequel est revenu sur les nouvelles dispositions constitutionnelles qui confortent les règles de « la démocratie pluraliste, renforcent la place et les droits de l’opposition et enrichissent le système électoral. »  D’ailleurs, il s’est déclaré, en sa qualité de garant de la constitution, veiller à la « concrétisation et au respect de tous ces nouveaux acquis de sorte que la démocratie accomplisse de nouvelles avancées dans notre pays. »

F. Ababsa

Sur le même sujet
19mars 2015

Message du président Abdelaziz Bouteflika (TEXTE INTEGRAL)

31oct. 2015

1er Novembre : Message du président Bouteflika

28avril 2014

Investiture du Président de la République Texte intégral du discours de Abdelaziz Bouteflika

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.