dimanche 24 juin 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Dans un message adressé à l'occasion de la commémoration du 1er Novembre
Bouteflika annonce l'essentiel de la nouvelle constitution Abonnez-vous au flux RSS des articles

31 oct. 2015
15:17
1 commentaire Le président de la République

L’annonce de la révision de la constitution est imminente. C’est qu’a annoncé aujourd‘hui le président de la République dans un message adressé à la nation la veille de la commémoration du 61e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération sans pour autant avancer une quelconque échéance

 

Le projet de la révision constitutionnelle « vise à garantir les libertés et instaurer une démocratie plus apaisée dans tous les domaines, dont l’indépendance de la justice, affirme le chef de l’Etat qui poursuit que les amendements de la loi fondamentale du pays portent également sur l’octroi de plus de prérogatives au pouvoir législatif et à l’opposition, mais aussi et surtout, la garantie du contrôle des élections par « une instance indépendante. Le chef de l’Etat a relevé dans ce message que « la dynamisation des institutions constitutionnelles de contrôle, tout comme la mise en place d'un mécanisme indépendant de surveillance des élections, participent d'une même volonté d'affirmer et de garantir la transparence dans tout ce qui est relatif aux grands enjeux économiques, juridiques, et politiques dans la vie nationale ».

Une première s’il en et qui vient ainsi répondre aux revendications de l’ensemble des partis de l’opposition qui n’ont eu de cesse de revendiquer une commission indépendante de contrôle des élections pour peu qu’elle ait la prérogative de les organiser, laissant ainsi  aux soins du ministère de l’Intérieur de s’occuper uniquement de la logistique. En fait en ce sens, le message du président de la république reste quelque peu flou.

Cette même approche, ajoute le chef de l’Etat, guide aussi « l'approfondissement de la séparation et de la complémentarité des pouvoirs, en même temps que l'opposition parlementaires sera dotée des moyens d'assumer un rôle plus actif, y compris par la saisine du Conseil constitutionnel ».

La révision de la constitution aspire également à  « consolider l'unité nationale », « promouvoir la place et le rôle de la jeunesse face aux défis du millénaire » et « conforter le respect des droits et libertés des citoyens ainsi que l'indépendance de la justice ».

F.A

Sur le même sujet
02nov. 2015

Projet de la nouvelle Constitution Vers une deuxième république ?

30déc. 2015

Constitution : le processus de révision sur les rails

30déc. 2014

Bouteflika à propos de la révision de la constitution «Elle n’est pas au service du pouvoir»

Commentaires

25 Déc 2015
HACHACHE MALEK 00h43

Les fondements d'une constitution sont d'abord l'identité nationales qui ne renie aucun citoyen dans son histoire millénaire avec sa culture et sa langue Amazigh puis vient l'Algerianite dans le respect de l'Islamite et l'Arabite sans oublier le respect des droits des minorités et de garantir les libertés fondamentales et les droits de l'être humain .l'unité nationale ne peut être assurée que si et seulement si la constitution dans ses fondement devient un miroir ou chaque citoyen se reconnait et se réconcilie avec lui meme...L'indépendance de la justice doit exclure l'intime conviction des juges qui doivent appliquer la loi si et seulement si toutes les puces sont réunies.La religion est protégée par l'État en ce qui concerne son interprétation et son enseignement.l'État est un arbitre qui assure l'équilibre économique politique et social du pays.la religion du citoyen est protégé par l'État .la religion d'État empêche la liberté du citoyen c'est pourquoi la. Religion est un bien individuel du citoyen.

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.