mercredi 18 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les privés tentent d’attirer les étrangers Abonnez-vous au flux RSS des articles

09 avril 2017
14:31
0 commentaire Les étrangers veulent plus de facilitations pour investir

Le Forum international de commerce (FIC 2017) a ouvert ses portes ce matin à Alger.

 

A l'ouverture du Forum international de commerce (FIC) 2017, le directeur du Centre arabo-africain d'investissement et de développement (CAAID), Amine Boutalbi, organisateur du Forum, a plaidé pour une coopération internationale basée sur la règle gagnant/gagnant. «Cet événement international, souligne l'intervenant, a pour objectif de créer des possibilités de coopération et d'échanges entre les différents représentants d'entreprises venus de différents pays.» 

Cette quatrième édition, souligne Amine Boutalbi, se tient dans une conjoncture où l'Algérie fait face à un défi économique, dont son objectif est réduire la dépendance de l’économie nationale à l’égard des hydrocarbures. « La recherche de nouvelles ressources financières, la diversification de l’économie nationale et la mise en œuvre d’une politique d’investissement locale et étranger en Algérie sont des objectifs que nous pouvons atteindre dans la conjoncture actuelle », indique-t-il. Ainsi, nous pouvons réaliser ce que nous n’avons pas pu faire lors de l’ère de l’aisance financière. Aujourd’hui il est possible de le réaliser il suffit de se référer aux signes forts de la volonté politique des autorités, l’emplacement géostratégique de l’Algérie et ses atouts, la stabilité politique et sécuritaire et ainsi qu’aux encouragements et facilitations accordés par le nouveau code des investissements aux investisseurs.

Intervenant lors de cet événement, les différents représentants des délégations des pays africains et arabes ont estimé que cette rencontre permettra de tisser des relations entre les participants et de développer davantage les échanges économiques. Le représentant de la délégation de d'Oman a tenu à expliquer que les deux pays, à savoir l’Algérie et Oman doivent coopérer et se lancer dans un partenariat gagnant/gagnant dans les différents secteurs d’activités. Idem pour le représentant de la délégation ivoirienne qui appelé à une coopération équilibrée entre les différents pays participants à cet événement. Il a aussi exposé le potentiel de son pays et appelle les algériens à investir dans son pays. 

La demande du représentant de la délégation jordanienne était très claire. Il a appelé à accorder des avantages et des facilitations aux exportateurs de son pays, et ce, en leur permettant d’introduire leurs produits sur le marché algérien sans difficultés. Il se justifie par la conjoncture actuelle par laquelle passe son pays ou plusieurs marchés internationaux connaissent des crises sécuritaires, chose qui a rétréci leurs exportations.

Une fois de plus, le gouvernement tourne son dos aux initiatives des organisations privées, visant à développer l’économie nationale.  

N.I

Sur le même sujet
20oct. 2016

MUSIAD 2016 : le CAAID présent avec 150 participants

30avril 2016

CAAID : A la recherche des exportations vers l'Afrique

08mai 2016

FIC 2016: une opportunité pour attirer des investisseurs étrangers

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.