mardi 22 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les jeunes investisseurs veulent assister à la tripartite Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 janv. 2017
15:46
0 commentaire L'UNJI revendique l'annulation des taux d'intérêt

Les jeunes investisseurs et entrepreneurs algériens réclament davantage d’intérêt des pouvoirs publics quant à l’amélioration des climats des affaires, l’optimisation et la multiplication des opportunités d’investissement.

 

C’est du moins ce qu’a indiqué aujourd’hui au forum économique d’El Moudjahid Riad Tanca, président de l’Union nationale des jeunes investisseurs (Unji).  «Il est nécessaire d’assurer aux investisseurs divers services destinés à faciliter leur décollage», a-t-il signalé. Il a indiqué que l'Unji soutient toutes les démarches ayant pour objectif de diversifier l'économie nationale et de la libérer des hydrocarbures, ce qui se fait actuellement dans plusieurs pays dont les réserves sont basées sur les revenus des hydrocarbures.  Malgré les facilitations et les avantages mis à la disposition des jeunes pour lancer leurs propres entreprises, M.Tanca a révélé que la bureaucratie entrave le démarrage des projets portés par les jeunes. Les objectifs de l'union selon son président, «sont de mettre en contact les nouveaux investisseurs avec les grands entrepreneurs et les inciter à réaliser ensemble les grands ouvrages. D’autre part, leurs actions peuvent s’avérer un vecteur important dans la promotion de la culture entrepreneuriale. La jeunesse algérienne a déjà prouvé son engagement dans l'édification de l'économie en créant environ 700 000 PME, l'union œuvre à impliquer davantage de nouveaux jeunes investisseurs dans la vie économique afin de créer davantage de nouvelles entreprises.

 Pour sa part, Abdellatif H’Mamda, président du bureau d’Alger, a exprimé la volonté de l’ensemble des investisseurs membres des associations de jeunes notamment celles de type syndicales d’être représenter dans la tripartite du gouvernement le mois de mars prochain.  Pour cela, souligne-t-il, «nous avons présenté une demande pour participer à la tripartite et aux principaux rendez-vous économiques dans le cadre de la Confédération algérienne de investisseurs algériens. Nous avons préparé un ensemble de doléances de plusieurs petites entreprises et associations. Il s’agit en particulier de la demande portant l’annulation des intérêts bancaires perçus sur les entreprises créées avant 2011. La Confédération a formulé également son souhait de se faire établir un cahier de charges spécialement pour les petites entreprises». C'est pourquoi il est nécessaire pour les institutions bancaires de faciliter davantage aux porteurs de projets l'obtention des crédits dans les plus brefs délais.  A cet effet, le conférencier rappelle les facilitations et les mesures d’accompagnement des jeunes investisseurs tels que l’obligation d’accorder aux jeunes 20% des marchés publics. Il a regretté, toutefois, le manque de son application sur le terrain.

Lynda Mellak

Sur le même sujet
04sept. 2013

Préparation de la tripartite Les propositions du patronat connues le 10 septembre

11oct. 2016

Les TPE font entrer 3,2 milliards de dollars

19sept. 2013

Réunion MIpme-Ugta-Patronat « L’entreprise au cœur du développement"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.