vendredi 18 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les échanges entre Algérie et l'UK après le Brexit Abonnez-vous au flux RSS des articles

17 mai 2017
14:25
0 commentaire Le marché britannique est très exigeant

L'Algérie est en train d'étudier des possibilités de mettre en place des accords avec le Royaume-Uni après sa sortie de l'Union européenne. 

 

C'est en effet ce qu'a indiqué aujourd'hui à Alger, le Secrétaire général de l'Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), Hocine Boubtina, lors d'une journée d'information sur «le marché du Royaume-Uni: perspectives après le Brexit et opportunités d'exploitation». Le même responsable a indiqué également que l'Algérie a beaucoup d'opportunités pour développer les relations entre les deux pays et ce après la sortie effective du Royaume-Uni de l'UE. «Le secteur de l'agriculture pourra être porteur des exportations algériennes vers le Royaume-Uni, à condition que les Algériens s'organisent pour pouvoir pénétrer ce marché exigeant», a-t-il dit.

Par ailleurs, l'un des participants à cet événement a soulevé la problématique d'acquisition des visas du Royaume-Uni pour les Algériens. « Lors des différents salons internationaux organisés à Londres, des dizaines de producteurs et exportateurs algériens, ont vu leur demande de visa refusée», a-t-il dit et d'ajouter «ainsi, ils n'ont pas pu participer à cet événement». Le même intervenant a appelé à ce que le gouvernement algérien intervienne pour faciliter les déplacements de ces opérateurs économiques. Sur ce sujet, le SG d'Algex a indiqué que la diplomatie algérienne a engagé des discussions avec son homologue britannique pour dépasser et régler ce problème.

Par cet événement, ALGEX et le Conseil d’Affaires Algéro-Britannique(UKABC) visent à faciliter et maximiser les flux commerciaux et à créer une dynamique pour de nouvelles opportunités d'investissement entre l’Algérie et le Royaume-Uni, notamment après sa sortie de l’Union Européenne. Cet événement a aussi, selon les organisateurs, pour objectif de promouvoir le partenariat commercial et industriel entre le Royaume-Uni et l'Algérie, augmenter les flux de commerce et d'investissement et créer un réseau d’affaires entre les deux pays.

L'Algérie, notons-le, occupe le 48e rang dans la liste globale des fournisseurs du Royaume-Uni avec une valeur de 1,1 milliard de dollars. Elle est le troisième fournisseur africain du Royaume-Uni avec une valeur de 1,13 milliard de dollars, soit une proportion de 6,7%. La tendance des exportations algériennes vers le Royaume-Uni au cours de la période 2013-2016, est en nette baisse, la valeur est passée de 7 milliards de dollars en 2013 à 1,1 milliard de dollars en 2016, soit une diminution de 84%. Cette baisse est due essentiellement à la baisse des prix du pétrole.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
27nov. 2012

Martyn Roper, Ambassadeur de Grande-Bretagne à Alger "Pour des liens plus étroits"

05nov. 2012

Londres veut relancer son économie en développant le commerce avec les pays émergents de l’Asie

02mars 2014

Algérie-Royaume-Uni : accord prochain pour la non double imposition au profit des opérateurs des deux pays (ambassadeur)

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.