mercredi 13 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Après avoir révisé à la hausse son pronostic
Le FMI prévoit pour l'Algérie un PIB de 4,3% en 2014 Abonnez-vous au flux RSS des articles

08 avril 2014
15:25
0 commentaire L’inflation devrait atteindre 4% en 2014 et en 2015

Le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé nettement en hausse son pronostic sur la croissance du PIB de l’Algérie par rapport à celui d'octobre dernier. L'institution de Bretton Woods prévoit une croissance économique de 4,3% en 2014 et de 4,1% en 2015, alors qu'elle était de 2,7% en 2013, tout en mettant en garde l’Algérie contre l’inflation qui devrait atteindre 4% en 2014 et en 2015.

 

Dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales, publié mardi à l’occasion de la tenue de sa réunion de printemps prévue du 11 au 13 avril à Washington, le FMI a indiqué que la balance des comptes courants de l'Algérie restera positive pour s’établir à 0,5% du PIB en 2014, mais devrait devenir négative pour représenter -1,3% du PIB en 2015 (contre +0,4% en 2013).

Concernant l’emploi, le Fonds note que le taux de chômage devrait poursuivre sa baisse pour se situer à 9,4% en 2014 avant de reculer encore à 9% en 2015 (contre 9,8% en 2013), tandis que l’inflation devrait passer à 4% en 2014 ainsi qu'en 2015 (contre un taux de 3,3% en 2013).

En abordant la situation des pays exportateurs de pétrole de la région MENA dont l’Algérie, le FMI relève que la croissance hors-hydrocarbures a été soutenue, en 2013, par les investissements publics dans les infrastructures et l'expansion du crédit privé.

Il souligne, en outre, que si leur production pétrolière avait baissé en 2013 pour des raisons internes et externes, elle devrait, par contre, se stabiliser dans le sillage du renforcement de l'activité économique mondiale ainsi que des investissements et d'une consommation soutenus dans le monde durant 2014.

Néanmoins, préconise l'institution de Bretton Woods, les priorités politiques des pays pétroliers-MENA doivent s'axer autour de la diversification de leurs économies afin de réduire la dépendance au pétrole, d'augmenter les opportunités d'emploi dans le secteur privé et de renforcer leur résistance à des chocs éventuels.

Pour le FMI, « la politique budgétaire de ces pays doit gérer les pressions de la demande, préserver les richesses pour les générations futures et s'assurer de l’efficacité des dépenses d'investissements publics ».

Le fonds préconise également la réduction des subventions à l'énergie, qui représentent entre 4% et 12% du PIB, afin d’atténuer la consommation énergétique, libérer les ressources financières pour des dépenses sociales ciblées et aider le financement des investissements publics.

H.M/APS

Sur le même sujet
14avril 2015

L’institution prévoit 2,6% au lieu de 4% pour 2015 Le FMI abaisse ses prévisions de croissance pour l’Algérie

18avril 2012

Le FMI prévoit pour l’Algérie des indicateurs macro-économiques favorables en 2012 et 2013

05mai 2015

Croissance hors hydrocarbures de l'Algérie Le FMI prévoit un taux de 4,8% pour 2015

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.