mardi 19 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Park Sang-jin, Ambassadeur de la République de Corée en Algérie
"La Corée est prête à aider l’Algérie pour l'après-pétrole" Abonnez-vous au flux RSS des articles

27 sept. 2015
10:21
0 commentaire "L’Algérie est le seul partenaire stratégique de la Corée en Afrique"

Etablissant leurs relations bilatérales très récemment (1990) l’Algérie et la Corée du Sud ont tissé des liens  forts et toujours en croissance. Dans cette interview, son excellence Park Sang-jin, Ambassadeur de la République de Corée en Algérie, affirme que les entreprises de son pays envisagent davantage d'investissements directs en Algérie afin de partager leur savoir-faire et expérience avec les Algériens tout en considérant un environnement d'affaires plus favorable.

 

L’Eco : Pouvez-vous expliquer brièvement les relations bilatérales générales entre l'Algérie et la Corée?

Park Sang-jin: L'histoire des relations bilatérales entre la Corée et l'Algérie est relativement courte par rapport aux partenaires traditionnels de l'Algérie, tenant compte que la relation diplomatique entre nos deux nations a été tardivement établie en 1990 après l’effondrement du système de la guerre froide. Cependant, nos liens sont réputés être forts et toujours croissants. Ainsi, permettez-moi de citer quelques exemples. L’Algérie est le seul partenaire stratégique de la Corée en Afrique ; ce partenariat a été établi en 2006 lors de la visite d’Etat du président Coréen Roh Moo-hyun en Algérie, faisant suite à celle du président Bouteflika en Corée en 2003. Nos deux gouvernements et les deux peuples s’acheminent continuellement vers nos objectifs communs envisagés dans le cadre du partenariat stratégique.  1 100 hommes d'affaires coréens représentant 23 entreprises privées sont présents en Algérie, le volume des échanges commerciaux dans les deux sens s’élevait à 3,3 milliards de dollars en 2014. Comme l'a mentionné le ministre Lamamra, nos deux pays ont développé des liens étroits de coopération sur une courte période de 25 ans, ce qui aurait pris des siècles pour d'autres pays.

Cependant, si nous faisons une rétrospective des dix dernières années, je serai honnête en soulignant que notre coopération substantielle aurait dû être davantage hissée à la hauteur de notre partenariat stratégique en tirant profit de la plupart de nos grands potentiels offerts. Cette année marque le 25ème  anniversaire des relations diplomatiques entre la Corée et l'Algérie et je crois que cela est une occasion supplémentaire pour élargir et intensifier encore davantage notre partenariat mutuellement bénéfique. Dans cette perspective et durant ma mission, j’inscrirai à mon agenda trois priorités: accroître les échanges de visites des hauts fonctionnaires; booster le commerce et l'investissement dans les deux pays; augmenter les échanges culturels et entre les peuples, dans les deux sens. Afin d’atteindre les objectifs précédemment cités, je compte sur l’intérêt et l’appui continu du gouvernement et peuple algériens pour l’évolution des relations bilatérales entre nos deux pays.

La République de Corée est l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Algérie. Quelle est votre appréciation sur les relations économiques actuelles entre les deux pays?

L’Algérie est le seul pays du continent africain avec lequel la Corée a établi un partenariat stratégique. La coopération bilatérale dans le secteur économique en est la plus remarquable. En 2014, le volume du commerce entre les deux nations s’élevait à 3,3 milliards de dollars. Le volume des échanges commerciaux bilatéraux n’a cessé d’augmenter depuis 2011 enregistrant, en 2014,  une hausse de 57% par  rapport à l'année d’avant. La Corée se classe 9ème plus grand importateur pour l’Algérie. La Corée, avec ses faibles ressources naturelles, importe de l'étranger 97% de sa demande en énergie. L'Algérie est l'un des principaux fournisseurs d'énergie. En 2014, la Corée a importé de l’Algérie des hydrocarbures, tels que le naphta, le gaz naturel et le pétrole brut pour  1,8 milliard de dollars. D'autre part, l'Algérie importe de chez nous, les voitures, la machinerie et les appareils électroménagers. D’ailleurs, je suis très heureux de constater que les Algériens sont satisfaits des produits coréens tels que Samsung, LG Electronics et Hyundai Motors. Beaucoup d'entre eux sont maintenant fabriqués en Algérie, et non en Corée, par le biais de joint-ventures.  Cela traduit le fait que l’Algérie n’est pas seulement un marché de vente mais bien bel et bien, un partenaire clé avec lequel ils peuvent parcourir, main dans la main, un long chemin ensemble pour un avenir meilleur. 

En outre, les sociétés coréennes sont aussi présentes dans les infrastructures,  tels que les centrales à cycle combiné, les projets des nouvelles villes, la réhabilitation de Oued El Harrach, la modernisation des ports tout en prouvant leur expertise, haute qualité, la ponctualité dans le travail et le respect des échéances. Le plus important encore, les entreprises coréennes envisagent davantage d'investissements directs en Algérie afin de partager leur savoir-faire et expérience avec les Algériens considérant un environnement d'affaires plus favorable, et en tenant compte des avantages stratégiques de l'Algérie en tant que passerelle vers l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient. 

En examinant les balances commerciales entre les deux pays, l'Algérie enregistre un déficit commercial vis-à-vis de la Corée. Y a-t-il un moyen d'équilibrer cette tendance dans les années à venir?

Étonnamment,  selon les statistiques officielles de la Corée de l'année dernière, l'Algérie a enregistré un excédent commercial de l’ordre de 500 millions de dollars avec la Corée. Mais, comme vous l'avez souligné, il est vrai que la Corée était en permanence excédentaire en termes de commerce avec l'Algérie jusqu'en 2013. Je suis entièrement d'accord avec l'idée que les échanges commerciaux équilibrés sont plus durables que ceux marqués par un déséquilibre. Dans ce sens, la tendance actuelle entre nos deux nations semble être très prometteuse. Les exportations de l'Algérie vers la Corée sont en forte croissance depuis 2011, passant de 130 millions de dollars en 2011 à 1,9 milliard de dollars en 2014. Enfin, l'année dernière, l'Algérie a enregistré pour la première fois un excédent commercial avec la Corée. Je suis absolument convaincu qu’à mesure que les liens économiques de l’Algérie avec la Corée s’approfondissent et que son économie se diversifie, les exportations de l'Algérie vers la Corée s’élargiront et se diversifieront.

La Corée est un pays qui possède des technologies avancées. Comment l'Algérie peut- elle bénéficier des connaissances de la Corée? Y a-t-il des discussions en cours entre les deux gouvernements à ce sujet?

La Corée est maintenant devenue la 13ème plus grande économie au monde. Forte de ce succès sans précédent, la Corée est entièrement disposée à partager son savoir-faire et ses expériences avec tous les pays qui en expriment le besoin. En particulier, elle est prête à contribuer à la diversification et la modernisation des industries algériennes dans la perspective de l'après-pétrole. Dans ce contexte, le ministère coréen de la Stratégie et des Finances a lancé en 2004, le dénommé « programme de partage des connaissances (KSP) » dont l'Algérie a été un partenaire clé dans la région. En outre, l'Agence coréenne de coopération internationale (KOICA), principale organisation non gouvernementale d'aide au développement, a étroitement coopéré avec les autorités algériennes dans divers domaines, y compris l'agriculture, la pêche, l'aquaculture, les énergies renouvelables, les programmes de bourses d'études et les TIC. Il est très rare que l’Algérie n’ait pas bénéficié des opportunités des technologies et les expériences de la Corée. Parmi ces opportunités, je souhaite attirer votre attention en particulier sur le projet de CATICTA « Centre Africain des Technologies de l'Information et la Communication et des Technologies Avancées », dont la création en Algérie a été convenue entre les deux gouvernements en 2007. Les détails du projet devraient être discutés plus en détails. Une fois achevé tel que prévu, CATICTA sera non seulement un projet phare entre nos deux pays mais rayonnera sur le continent africain en tant qu’institution d'excellence pour l'enseignement supérieur, la recherche et le développement technologique dans le secteur des TIC avec pour mission d’enseigner la technologie et le savoir-faire de pointe et la délivrance de diplômes universitaires.

Le Ministre Coréen des Affaires Etrangères de la Corée, Yun Byung-se, a effectué, récemment, une visite en Algérie durant laquelle  il a mentionné la nécessité de renforcer la coopération économique entre les deux pays. Existe-t-il des accords signés durant cette visite?

Pour la première fois au cours des quatre dernières années, Son Excellence Monsieur Yun Byung-se, Ministre des Affaires étrangères, a effectué une visite officielle en Algérie. Durant les deux jours de la visite, le ministre Yun a eu un programme très chargé mais néanmoins fructueux grâce à l'hospitalité et au plein soutien du gouvernement algérien. Dans le cadre de tels efforts, les deux ministres ont également convenu d’asseoir les bases juridiques pour achever, dès que possible, les procédures internes algériennes pour l'entrée en vigueur de l’Accord d’Assistance mutuelle en matière douanière, signé par les deux autorités en 2013;  continuer à négocier la conclusion d'un accord de sécurité sociale et considérer la conclusion d’un accord sur l'exemption de visa pour les titulaires de passeports ordinaires afin de faciliter les échanges entre les peuples. Nos deux gouvernements ne ménageront aucun effort pour mettre en œuvre les mesures relatives aux points évoqués par le ministre Yun avec les hauts responsables algériens. Nous espérons que la visite du ministre Lamamra en Corée, vers la fin de cette année, puisse se concrétiser. Si tel sera le cas, elle apportera certainement un nouvel élan important pour des réalisations concrètes visant à renforcer la coopération politique et économique bilatérale.

Dans le contexte politique et sécuritaire, l'Algérie fait face à des défis majeurs, tout en se confrontant à la détérioration de la situation dans le Sahel et le Maghreb. Comment percevez-vous cette situation?

La Corée ainsi que la communauté internationale apprécient le leadership de l'Algérie dans la promotion de la paix et de la stabilité dans le Sahel et les régions du Maghreb. Il convient particulièrement de souligner le rôle essentiel que l’Algérie joue dans la résolution de diverses questions régionales, telles que le processus de paix au Mali et le dialogue politique en Libye. Plus récemment, l’Algérie a abrité la conférence internationale sur la dé-radicalisation afin d’aborder les principales menaces auxquelles les puissances régionales sont actuellement confrontées. La Corée est également engagée dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme en participant activement aux efforts internationaux visant à éradiquer ces crimes odieux. Compte tenu de la tendance mondiale de l'interdépendance et de la connectivité, la Corée et l'Algérie peuvent être les meilleurs partenaires en coopérant sur de nombreuses questions à caractère régional et international. Sur la base d’une vision commune et des normes internationales que nos deux pays partagent, la Corée continuera de travailler en étroite collaboration avec l'Algérie pour assurer la paix et la stabilité internationales

Noreddine Izouaouen (L’Eco n°118 / du 01 au 15 septembre 2015)

Sur le même sujet
06juil. 2013

L’Algérie participe au dialogue mondial sur l’échange des connaissances à Séoul

09oct. 2012

Travaux publics Formation pour les Algériens en Corée

25janv. 2014

Gestion de l’eau : Necib pour l’intégration des NTIC dans le cadre de la coopération avec la Corée du Sud

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.