lundi 27 février 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’Algérie attire peu d’investissements étrangers Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 nov. 2016
14:22
0 commentaire "Le cadre n'est pas encore au beau fixe"

La région Méditerranée attire annuellement 30 milliards d’euros d’investissements directs l’étranger (IDE), soit 2 à 3% de l’investissement étranger dans le monde. Sur la zone, les hydrocarbures, la banque, l’immobilier, les télécoms et le ciment représentent à eux-seuls plus des deux tiers des montants annoncés au cours de la décennie 2006-2015.

 

La croissance des performances régionales escomptées dans la région  n’est pas au rendez-vous, malgré les nombreuses réformes initiées dans les différents pays de la région pour améliorer l’environnement des affaires, lit-on dans le dernier rapport de l’agence Anima investsment network qui a dressé le bilan de dix ans d'investissements étrangers dans la région de la méditerranée.  

L’Algérie, malgré son fort potentiel, attire peu d’IDE, estiment les auteurs de ce rapport.  Ils expliquent, « La frilosité des investisseurs est imputable au un cadre peu attractif : le climat des affaires reste médiocre et l’obligation d’association avec un partenaire local, pour se confirmer à la règle des 49/51%, complique la mise en œuvre des projets. Une réforme du cadre de l’investissement est programmée pour améliorer la situation. Une urgence, alors que le pays doit accélérer sa diversification économique pour préparer l’après-pétrole ».

Dans le classement  des 11 pays dont les performances en termes d’accueil d’IDE sont passées en revue, l’Algérie est arrive à la 5ème position devancée par l’Egypte, le Maroc, la Tunisie et la Lybie. Le volume des flux des IDE de l’Algérie, précise le rapport, est estimé à moins de 587 millions de dollars. Ceci est dû au rachat par l’État de l’opérateur télécoms Djezzy pour un montant de 2,643 milliards de dollars annoncé en avril 2014, précise les auteurs de ce rapport.

Cependant, détaille le même rapport, le Maroc et Tunisie arrivent encore loin derrière la Turquie avec 16,5 milliards de dollars et Israël avec 11,5 milliards de dollars. Selon les auteurs de ce panorama, « la région de possède pas assez d’investissement, pas assez de création de valeur et in fine,  pas assez de créations d’emplois », ils expliquent : «  après avoir capté jusqu’à 4,5% des IDE mondiaux soit plus de 60 milliards de dollars en 2006, seuls 2,4% de ces investissements ont atterri dans la zone en 2015 soit moins de 20 milliards de dollars. 

Sur le même sujet
21août 2012

Rapport de la CNUCED sur les IDE pour 2011 L’Algérie a attiré 2.571 milliards de dollars

27juin 2014

Selon le rapport de la Cnuced pour 2013 L’Algérie a drainé 1,7 milliard de dollars d’IDE

02août 2012

Investissements arabes en Algérie Près de 7 milliards de dollars en 2011

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.