vendredi 17 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Dégel des projets de l’hydraulique Abonnez-vous au flux RSS des articles

30 oct. 2017
13:48
0 commentaire Le 2eme tronçon entre Mekssa et Annaba sera réceptionné en 2018

Le ministre des Ressources en eau a annoncé la réception avant la fin de cette année de 130 projets qui permettront l’amélioration de la mobilisation des eaux, et le dégel de certains projets aux fins de réaliser de nombreux projets stratégiques.

 

Ces derniers concernent entre autres le transfert des eaux du sud vers les Hauts plateaux à la faveur d'un programme de 10 projets de transferts dans le cadre de la politique de l'aménagement du territoire. Il s’agit aussi de la réception du projet de transfert des eaux de la région de Laghouat vers la wilaya de Djelfa avec une capacité de 4 m3/seconde, Ain Oussara vers Tiaret et Boussada vers le chef-lieu de la wilaya de Msila,  avec l’objectif «d’éviter au pays le spectre de la sécheresse et le déficit en eau potable et en eau destinée à l'irrigation ».

Des projets, selon Hocine Necib qui assureront «l’alimentation de l’eau potable et étendre la superficie agricole irriguée ainsi que le niveau de traitement des eaux usées.» Cela, en plus du lancement de 68 nouveaux projets. Il s’agit notamment a précisé le ministre devant la commission des finances de l’APN dans le cadre de l’examen du projet de loi de Finances pour 2018, de 5 barrages d’une capacité de 250 millions de mètres cubes dans les wilayas de Mascara, Médéa, M'Sila, Laghouat et Tébessa.

En plus de l’achèvement du projet de l’alimentation en eau de mer dessalée au profit des communes de Mascara, Sig, El Mohammadia à partir du transfert de Mostaganem-Arzew-Oran, le secteur va réceptionner le projet de de transfert des eaux entre Ighil Amda à Bejaia, Mahouan à Sétif, le transfert Bousyaba-Beni Haroun d'une capacité de 199 millions de mètres cubes/an.

Le ministre des Ressources en eau a également annoncé que 9 projets allaient être réalisés durant les deux prochains mois qui permettront l’alimentation en eau potable pour 4 millions d’habitants et la réduction des fuites au niveau de 17 villes à travers l'opération de réhabilitation des réseaux, outre la réalisation de 76 projets dans le cadre des programme sectoriels au profit de 5 millions de citoyens. « 7 autres projets seront réceptionnés dont le canal de transfert entre Mekssa et Annaba (deuxième tronçon) au profit des citoyens ce qui permettra de transférer 168.000 m3/jour et s'alimenter en eau potable depuis le barrage de Koudia Asserdoune à travers le couloir de Koudia Asserdoune-Ain Hdjel ainsi que le couloir Koudia Asserdoune - Boughezzoul (1e et 2e tronçon). » Concernant l’assainissement, M. Necib a informé les membres de la commission de la réalisation de 21 projets, dont 8 stations de traitement des eaux usées d’une capacité de 216.900 mètres cubes/jour.

L’irrigation n’est pas en reste puisque, selon l’hôte de l’APN, 6 grands périmètres irrigués d'une superficie de 26.000 hectares vont être réalisés dans les régions de Ouled Hamla à Oum El Bouaghi, El Ksob à M'Sila, Arib à Bouira, Hebra à Mascara, Beni Slimane à Médéa et Chemora à Batna.  Cela, en sus de la réception de 11 barrages d'une capacité de stockage de 7 millions de mètres cubes pour l'irrigation de 1.300 hectares.

une nouvelle taxe sur les eaux usées industrielles 

Pour l’année prochaine, le ministre a annoncé l’achèvement du tunnel «PK9» qui «permettra le transfert à partir du barrage de Beni Haroun d'une capacité de 23 mètres cubes/seconde, outre le tunnel Tabellout long de 20.87 km dans la wilaya.» M. Necib ministre a révélé la réalisation d'une station de dessalement d'eau de mer à Zeralda, « une solution plus économique pour transférer les eaux vers Blida à moindre coût et renforcer l'alimentation de la commune de Meftah. »

En termes de nouveauté pour le secteur dans le projet de loi de Finances pour 2018, Hocine Necib a révélé l’introduction d’un nouvel article stipulant que 16% de la taxe complémentaire sur les eaux usées industrielles sera versée au Fonds national de l’eau. Cela, «conformément au volume des eaux produites et au fardeau de la pollution provenant de l'activité industrielle.» Cette procédure a ajouté le ministre « s’inscrit dans le cadre de celles déjà prises pour la lutte contre la pollution des ressources hydriques par les déchets industriels.»

Notons que le projet de loi de Finances pour 2018 a réservé au secteur des Ressources en eau une enveloppe financière de 138.759 milliards de dinars dont 104.660 milliards de dinars pour l'équipement et 14.099 milliards de dinars destinés au fonctionnement alors que 20 milliards de dinars ont été alloués à la gestion déléguée des services publics de l'eau par la Société des eaux et d’assainissement de la wilaya d’Alger (SEAAL). Soit une hausse dans le budget d’équipement justifiée par la réévaluation des opérations et des nouveaux programmes.

 

 

 

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
18sept. 2014

Le barrage de Tabellout (Jijel) réceptionné en juin 2015

31août 2014

Transfert des eaux du Sud algérien vers les Hauts plateaux : Les études techniques achevées avant fin 2014

12mai 2017

Le taux de remplissage des barrages a atteint 70%

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.