lundi 20 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Coopération Algéro-allemande: la réalisation Abonnez-vous au flux RSS des articles

20 févr. 2017
12:52
0 commentaire Une visite pour donner un sens à un "partenariat de choix"

Attendue pour cet après midi à Alger, la chancelière allemande Angela Merkel effectue sa deuxième visite en Algérie. Elle sera reçue par le président de la république et aura des entretiens avec le premier ministre. Au menu : l’immigration, le terrorisme et les relations économiques.

 

L’Allemagne qui enregistre prés de 300 000 demandeurs d’asile venus du monde entier tente d’examiner avec Alger le cas des algériens faisant partie de cette catégorie de migrants surtout que l’Allemagne classe l’Algérie « pays sûr ». L’occasion est aussi au renforcement des relations économiques entre les deux pays en tant que 5e partenaire de l’Algérie. Un chapitre soutenu par la tenue, demain matin de la commission mixte algéro-allemande et un B To B entre opérateurs devant être sanctionné par des accords de partenariat. Cette visite fait suite à celles déjà effectuées par de hauts responsables algériens à Berlin dont celle du ministre de l’industrie et des mines qui, avait rappelons le grandement soutenu cette coopération estimant que l’objectif était de « converger vers la concrétisation des aspirations et attentes des opérateurs économiques des deux pays pour bâtir un partenariat de choix ». Ceci, non sans donner des assurances aux entreprises allemandes encore réticentes comme en témoignent les expériences déjà réussies sur le marché national.

La présence allemande se distingue par les projets structurant et couvrant plusieurs régions du pays, comme ce fut le cas pour ceux lancés par le biais de l'Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) dans la valorisation de déchets et la protection de la biodiversité, la gouvernance environnementale et le changement climatique.  

A fin 2014, plus de 240 petites entreprises allemandes ont manifesté leur intention d'investir dans ce secteur qui produit plus de 13 millions de tonnes de déchets par an, dont plus de 50% sont valorisables.  Avec le ministère de l’industrie, un autre programme a été lancé depuis 2013 pour la création de nouveaux emplois à travers la promotion des innovations. Il a concerné la création de quatre réseaux d’innovation composés de petites entreprises vertes: Déchets organiques (Tipasa), industrie du plastique (Sétif), industrie des boissons (Bejaia) et industrie mécanique (Blida). Ceci, en plus d’un projet pilote pour la construction d'une tour solaire thermique hybride à Ghardaïa.  

 

  

L.A

Sur le même sujet
21févr. 2017

Les allemands invités à investir dans l’énergie renouvelable

02sept. 2014

Un forum économique sur l'Algérie en Allemagne

05déc. 2013

Les mécanismes des exportations vers le marché allemand en débat à Constantine

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.