dimanche 17 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Textile : une relance certaine Abonnez-vous au flux RSS des articles

09 avril 2017
20:22
0 commentaire Il fut un temps où l'Algérie en était le leader

L’EPE TAXALG relevant du groupe industriel GETEX a signé aujourd’hui un protocole d’accord avec la société de droit turc BOYNER Sanayi A.Ş pour la création d’une joint-venture de production de filés laine et mélanges laine, polyester et acrylique.

 

Le partenariat qui est signé en présence du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, au siège du ministère est basé sur la formule de 51%-49%. Le projet en question est situé dans l’infrastructure industrielle de la région de à Meskiana dans la wilaya d’Oum El Bouaghi est d’un coût de 16 millions d’euros, pour une capacité de production de 1000 tonnes par an, au début pour atteindre les 3000 tonnes en trois ans, ce qu’il lui vaudra un chiffre d’affaires estimé à 36 millions d’euros.

Selon le ministre de l’Industrie, ce projet donnera un nouvel élan à cette infrastructure qui est en abandon depuis plus de dix ans. Le projet apportera une valeur ajoutée socio-économique à travers les 400 postes d’emplois qui seront créés dans la région.

Le ministre de l’industrie a exprimé à cette occasion une grande satisfaction au grand développement que connait le secteur de textile lequel a «réalisé pour la première fois depuis plusieurs année un chiffres d’affaire positif ». Au moment ou il y avait un grand désespoir sur ce secteur, Bouchouareb a indiqué que des grands efforts sont réalisés et maintenant « il paye ses impôts et ne fait plus appel au trésor public pour le paiement de ses dépenses ».

Dans ce sens, il a souligné que le grand complexe de textile qui débutera la production cette année, avec une capacité d’exportation de 2 milliards de dinars au cours de cette année, est un exemple d’un autre partenariat réussi avec les Turcs, leaders dans le domaine de textile dans le monde. Très confiant, Bouchouareb, a indiqué « qu’il ne faut pas être étonné de croiser des vêtements de marques made in Algeria dans les grandes surfaces à travers le monde.

Ainsi, le secteur renoue peu à peu avec une émergence très active, capable de relancer un savoir-faire qui a fait déjà ses preuves dans l’économie nationale. 

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
09juin 2016

La filature démarrera en octobre au complexe Tayal

30août 2012

Partenariat algéro-turc dans le domaine du textile Deux complexes industriels en 2014

31oct. 2016

Une usine de verre pour Gourara

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.