jeudi 19 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Réouverture de toutes les mines d’ici 2018 Abonnez-vous au flux RSS des articles

29 déc. 2016
17:05
0 commentaire L’exploitation du gisement de Gara Djebilet permet un gain de 1 MDS

Le ministère de l’Industrie et des Mines a publié le bilan de sa stratégie sectorielle de l’année 2016. Il s’agit dans l’ensemble des principales réalisations du secteur en cours de l’année. Mais aussi de la batterie de lois pour la promotion du secteur.

 

Nous  relevons en particulier le code des investissements, loi sur la normalisation, loi d'orientation pour la promotion de la PME et enfin le projet de loi sur la métrologie.

Le  bilan fait état de  la concrétisation de plusieurs contrats et projets dont le plus important est celui du phosphate avec l’indonésien Indorama pour un investissement s’élevant à 5,7 milliards de dollars, avance le bilan de 2016 du ministère de l’Industrie et des Mine. Toutes les mines seront rouvertes d’ici 2018, précise le document. Sur le plan opérationnel, « l’année  2016 a vue la modernisation de l’ensemble du cadre réglementaire relatif à la politique d’investissement, de compétitivité et d’appui à la PME. Une nouvelle  loi pour la promotion de l’investissement a été instaurée. De nouvelles mesures douanières ont été également introduites. Il était question de porter le taux de droit de douane de 15 à 30% sur les profilés en alliage d’aluminium revêtus, qui composent la majeure partie des importations , pour encourager l’import-substitution et protéger la production locale. Ainsi que la réduction du droit de douane applicable aux inputs entrant dans la fabrication de tapis de 15% à 5%».

60% de la production du complexe de textile destinée à l’exportation

Le développement de ces filières permettra à court et moyen termes de réduire voire stopper les importations. « C’est déjà le cas du ciment dont la production couvrira dès la fin 2016 la demande nationale grâce à l’entrée en production des cimenteries Biskria et Cilas et de l’extension d’Aïn El-Kebira, soit une addition d’environ 6 millions de tonnes. Ces capacités atteindront les 28 millions de tonnes en 2017. C’est aussi le cas des produits sidérurgiques dont  «la production devrait, dès 2018, approcher les 10 millions de tonnes par an avec l’extension de l’usine de Tosyali à 3 Mt par an en 2017». La mise en service de Bellara avec 2 MT par an à fin 2017 portés à 4 MT par an en seconde phase dès 2019. El Hadjar avec une production de 1,6 million de tonnes en plus des 2 millions de tonnes issus de plusieurs projets », détaille le document. Il est question par ailleurs, ajoute la même source, « du textile qui affiche un regain d’intérêt remarquable avec des investissements déclarés à fin 2015 de 107 milliards de dinars dont 42 issus du secteur privé. Le partenariat algéro-turc est à ce titre structurant pour toute la filière grâce à la réalisation d’un pôle intégré de 8 usines à Relizane. La 1ère unité de filature sera opérationnelle au 1er trimestre 2017. D’ici 2019, le complexe produira 44 millions de mètres linéaires par an et 30 millions de pièces en prêt-à-porter. Plus de 60% de la production est destinée à l’exportation ».

Dans son programme du développement de l’Industrie, l’action du ministère se porte également sur le développement de l’industrie du renouvelable tant son effet est structurant et multiplicateur sur les activités industrielles telles que le verre, l’aluminium, l’électronique, l’électrotechnique, indique la même source. Le document a mis en action, dans l’optique, le secteur de la pharmacie où des opérateurs prospectent le marché africain, notamment le Groupe Saïdal en Côte d’Ivoire, Mauritanie et au Burkina-Faso.

Le ministère de l’Industrie ambitionne, en effet, à moyen et long termes, l’exploitation et la valorisation du gisement de Gara Djebilet offrira un potentiel de substitution équivalent à 1 milliard de dollars pour la satisfaction des besoins domestiques des aciéries. « A ce titre, l’étude de préfaisabilité lancée suite aux essais concluants de la phase laboratoire définira l’option la mieux indiquée pour une concrétisation qui pourrait être engagée dès 2018 », indique-t-on. De même, l’engagement dans de nouvelles industries, à l’exemple de la chimie industrielle, accroîtra substantiellement le potentiel d’import-substitution.  Sachant, qu’actuellement, l’essentiel des besoins en inputs de cette filière est importé pour une facture de 3,2 milliards de dollars.

Dans ce même cadre, il est utile de soulever le projet de réalisation du complexe d’industrie chimique à Oran (ACC) pour la production de l’acide sulfurique, des sulfates de sodium, du chlorure de calcium et de l’acide chlorhydrique à usage pharmaceutique et électronique d’où son entrée en production est pour fin 2018. Dans l’agro-alimentaire, une dynamique soutenue et une montée en gamme de l’industrie de transformation sont observées dans le privé, à l’exemple de la trituration des graines oléagineuses avec le lancement de quatre complexes.  « L’entrée en production de ces complexes est prévu à fin 2017 pour Djen-Djen, courant 2018 pour Jijel et Sétif puis Oran en 2019 », précise le bilan.

Dans la filière mécanique, les projets réalisés ou lancés récemment ont permis l’augmentation des capacités de production et l’élargissement de la gamme de produits. « Pour le seul Groupe Mécanique, les 8 partenariats, tous opérationnels avec des taux d’intégration allant de 30 à 80%, ont diversifié la production de matériels et engins de nouvelles générations avec des volumes annuels très importants », signale le ministère de l’Industrie. Dans l’automobile, outre l’augmentation de la cadence de production de l’usine Renault de Oued Tlelat, 2016 a été marquée, d’après la même source, par l’inauguration des usines de montage Hyundai (à Batna et Tiaret) et la signature d’un important contrat avec le groupe allemand Volkswagen pour la fabrication de quatre de ses marques en Algérie (Volkswagen, Volkswagen utilitaires, Skoda et Seat), soit la plus grande implantation en Afrique pour la firme allemande.

Lynda Mellak

Sur le même sujet
06déc. 2016

Ciment pétrolier : une première pour GICA en Algérie

21oct. 2015

Elle approvisionne Sonatrach dès l’année prochaine GICA se lance dans la production du ciment pétrolier

17oct. 2017

Sidérurgie : La production à 12 millions de tonnes/an

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.