lundi 26 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les dettes des jeunes entrepreneurs rééchelonnées Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 mars 2017
15:17
0 commentaire Une orientation qualitative a été enregistrée vers les projets tertiaires et industriels

L’Etat continuera d'apporter son aide aux porteurs de projets et de renforcer les capacités des petites entreprises, notamment celles activant dans les secteurs à haute valeur ajoutée ou celles s'inscrivant dans la chaîne de valeur mondiale.

 

Ainsi, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal qui intervenait lors de l’ouverture des premières assises   nationales sur les petites entreprises, a annoncé que de nouvelles mesures allaient être prises pour les jeunes entrepreneurs désirant investir dans les activités de production qui couvrent les besoins du marché national. Le Premier ministre a précisé à ce propos, qu'"une orientation qualitative a été enregistrée vers les projets à caractère tertiaire et industriel après arrêt du financement des activités non productives", soulignant que le Président Bouteflika "ne cesse d’appeler les jeunes à œuvrer au développement et à la promotion de l'économie nationale". 

"Nous devons aller vers le bon sens. C’est-à-dire produire localement tout ce qui est importé La volonté du gouvernement est d'orienter les futures micro-entreprises vers la production pour couvrir nos besoins", a insisté le Premier ministre.

Afin d'encourager ces jeunes entrepreneurs M. Sellal a annoncé « un rééchelonnement du remboursement des crédits contractés » par ces entreprises pour « résoudre leurs problèmes en terme de liquidités », précisant toutefois que "nous n'allons pas vous donner de l'argent, nous allons juste vous aider à rapporter de l'argent par vous-mêmes."

Cependant, le ministre des Finances, présent aux assises, a tenu à préciser que le rééchelonnement se fera sous trois conditions. « Il y aura des contacts qui seront lancés entre le jeune entrepreneur en difficulté et sa banque.  Il va y avoir des études au cas par cas, mais l'opération (de rééchelonnement) se fera sous trois conditions", explique Baba Ammi. Il s'agit de la disponibilité des équipements financés par la banque, c'est-à-dire qu'ils ne soient pas vendus par l'entreprise, que le dossier ne soit pas transféré vers le Fonds de garantie des PME, et que le jeune entrepreneur engage réellement des efforts pour conforter son entreprise,

Placée sous le slogan « Les petites entreprises, un outil de diversification et de développement de l'économie nationale », cette rencontre a permis de constater, qu' "une orientation qualitative a été enregistrée vers les projets à  caractère tertiaire et industriel après arrêt du financement des activités non productives",  selon le Premier ministre. Plus de 1000 jeunes entrepreneurs venus des différentes régions du pays assistent aux assises organisées par la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs à l'Ecole  supérieure d'hôtellerie et de restauration à Ain Benian.

N.I

Sur le même sujet
17juin 2014

Kamal Kheffache, expert en compétitivité des entreprises «Nos entreprises n’ont pas une vision lointaine»

18avril 2012

Abderrahmane Benkhalfa, délégué général de l’ABEF « Plus de 30 milliards de dinars pour les PME en difficulté »

21mars 2017

Ansej : 600 millions DA recouvrés en 2 mois

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.