jeudi 22 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les clusters, nouvelles dynamiques pour l’industrie Abonnez-vous au flux RSS des articles

06 févr. 2017
15:16
0 commentaire Fédérer les actions pour s'imposer sur le marché

Développer la culture des clusters chez les entreprises algériennes est l’objectif du ministère de l’Industrie qui veut l’ancrer sein de tissu industriel national. 

 

«Ce nouveaux genre de groupement industriel est une nécessité pour soutenir l’émergence de l’industrie nationale qui fleurit davantage ces derniers temps», ont estimé les directeurs des trois clusters invités ce matin au Forum El Moudjahid pour discuter de la place des clusters industriels dans la configuration actuelle des zones d’activités.

Mourad Bouatou, président Cluster Boisson, dont le cluster vient de se doter d’une direction centrale à Alger, a souligné à cette occasion que l’important actuellement est de «se repositionner» sur le marché national et avoir une «portée» des secteur vers l’internationale. Un objectif qui ne peut être réalisé sans «fédérer les actions des acteurs de chaque secteur», a estimé Bouatou. Cette nouvelle organisation est dictée essentiellement par «la conjoncture économique internationale» qui est caractérisé par «une forte concurrence.» Laquelle vise aussi, selon le même conférencier à «avoir plus de chance de s’accaparer des parts de marchés».

Pour sa part, Adel Bensaci, président du Cluster mécanique de précision qui est cluster appelé à être plus dynamique que celui des boissons, vu le grand besoin de cette filière dans le pays et l’émergence que connaît l’industrie mécanique en Algérie est très optimiste pour l’avenir de cette filière. «Le grand besoin pour la sous-traitance nous oblige à nous réunir et unifier notre action», a indiqué Bensaci lors de cette conférence. Selon lui, «les clusters ne sont pas fait pour détruire la concurrence» vu que la marché est porteur, mais au contraire, «ils nous permettent de réagir ensemble. «Ce qui est bénéfique pour nous, notamment sur le plan international.»  Evoquant le cas de l’industrie automobile, Bensaci a souligné qu’il n’est pas possible de continuer dans l’importation de la totalité des pièces car l’investissement dans ce cas «sera plus coûteux».  

De son coté, Mehdi Ouayach, président Cluster numérique, dont 80 entreprises sont attendues prochainement dans son cluster a appelé les entreprises à fédérer davantage dans les clusters quelle que soit leurs tailles. «Cette démarche est internationale» et est appliquée par les grandes économies mondiales.

En effet, cette politique des clusters est appelée à s’intensifier est toucher une grande majorité des secteurs, afin de soutenir le développement de l’industrie et prendre part à des marchés potentiels. 

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
23avril 2016

Mourad Bouattou : «Nous voulons créer un hub pour l’export»

20févr. 2017

Diversification de l’économie: les clusters en débat

16déc. 2016

«Le bilan du CBA est beaucoup plus qualitatif»

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.