mardi 17 juillet 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Accusé d’avoir obtenu un terrain de 24 000 m2 d’une manière opaque
Haddad apporte un démenti Abonnez-vous au flux RSS des articles

08 avril 2015
15:40
1 commentaire Le président du FCE recevant l'ambassadeur du Mexique en Algérie

Le terrain situant entre la gare routière Sogral et la station interwilayas dans la circonscription de l’Hussein Dey à Alger a été cédé au groupe ETRHB par le Comité d’Assistance à la Localisation et à la Promotion des Investissements et de la Régulation du Foncier (CALPIREF) a tenu à affirmer aujourd’hui le premier responsable du groupe.

 

Sous les feux de la rampe depuis qu’il a été élu à la tête du FCE, Ali Hadad continue de s'attirer les foudres de ses détracteurs. Après les critiques incisives de la secrétaire générale du Parti des Travailleurs, le PDG de l’ETRHB est au cœur d’une nouvelle polémique concernant une assiette foncière d’une superficie de 24 000 m2 située à l’Hussein Dey qui aurait été affectée à son groupe au détriment des services locaux qui voulaient réaliser deux sièges (daïra et APC).

Le premier responsable du groupe privé affirme qu'il n'a pas eu vent de cette polémique et s’est contenté de dire que « le terrain nous a été octroyé par le CALPIREF et ce qui se dit à gauche et à droite ne m’intéresse pas».  Ces attaques qu’il qualifie «d’anciennes », « émanent de gens qui ne veulent pas que notre pays soit développé », a-t-il ajouté en marge d’une rencontre avec l’ambassadeur du Mexique en Algérie. Il apporte ainsi un démenti à l’information, rapportée aujourd’hui par El Watan et selon laquelle il aurait obtenu ce terrain appartenant aux domaines de l’Etat d’une manière douteuse.

Réitérant son appel à laisser le privé travailler sans contrainte, M. Haddad dira qu’il n’a jamais été question d’aller vers la privatisation de ce qui est appartient à l’Etat, « au contraire nous avons toujours appelé à ce que le secteur publics et privé travaillent ensemble pour l’intérêt national ».

Venez !  L’Algérie vous attend»

« L'Algérie veut passer à l'industrialisation. Nous sommes un pays très bien situé, nous avons tous les moyens nécessaires pour réussir notre décollage industriel. Venez !  L’Algérie vous attend», a déclaré par ailleurs M. Haddad en s’adressant à l’ambassadeur du Mexique en Algérie. Les discussions ont porté sur plusieurs sujets autour des secteurs de l'industrie automobile et les services, dira en outre le président du FCE qui annonce la venue le 22 avril prochain en Algérie d’une délégation d'hommes d'affaires mexicaines afin d’examiner les voies permettant de créer des liens de coopération entre les opérateurs économiques des deux pays.

De son côté, l’ambassadeur du Mexique en Algérie et après avoir mis en évidence les opportunités d’affaires qu’offre notre pays, a invité les opérateurs algériens à tirer leur épingle du jus des facilitations offertes par l’Inde aux investisseurs, car cela permettra, dit-il, d’établir des relations à long termes.

La Chine doit diversifier ses investissements en Algérie

Au début de l’après-midi, le président du FCE a reçu l’ambassadeur de la Chine en Algérie qui a qualifié le partenariat économique avec l'Algérie de « très fructueux », mais, signale-t-il, « il y a toujours cette volonté et cette nécessité de renforcer d’avantage ce partenariat ».

«Les entreprises chinoises son prêtes à aider les entreprises algériennes à travers le transfert technologique et la formation. Celles qui vont accompagner le Premier ministre en Chine les 28, 29 et 30 du mois en cours devront saisir cette occasion pour nouer des relations commerciales et d’affaires avec les sociétés chinoises », a-t-il affirmé.

M. Haddad a appelé, quant à lui, les entreprises chinoises à diversifier leurs investissements en Algérie et ne pas se contenter du secteur de la construction et des Travaux publics.

L’informatique et de l’agriculture au menu

Dans la matinée, le président du FCE s’est entretenu avec l’ambassadeur de l’Inde en Algérie. Il a indiqué avoir évoqué avec son hôte le renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines de l’informatique et de l’agriculture. Fait partie des États BRICS, l’Inde s'affirme comme un des nouveaux grands pays industriels. Il est le quatrième producteur agricole mondial et son savoir-faire dans le domaine de l’informatique, notamment la production de logiciels, de matériel de pointe et de saisie de données est reconnu mondialement.

Dans la perspective d'échanger les points de vue et de consolider les relations économiques à même de promouvoir le partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays, le président du FCE a annoncé que son organisation recevra dès le 26 avril prochain une délégation d’hommes d’affaires indiens pour étudier les moyens et les voies permettant un meilleur renforcement des liens économique entre l’Algérie et l’Inde.

Pour sa part, l'ambassadeur de l'Inde en Algérie a exprimé sa satisfaction quant au niveau des relations bilatérales, tout en tenant à signaler qu'il existe un grand potentiel d'investissement et d'échanges économiques qui reste encore à exploiter entre les deux pays.

Des étudiants algériens au Japon

Le patron des patrons a reçu également en audience l’Ambassadeur du Japon, Masaya Fujiwara. Haddad a indiqué que la rencontre a été une occasion pour convaincre le représentant diplomatique japonais de la nécessité pour l’Algérie de maintenir la règle des 51/49, estimant au passage que celle-ci ne constitue pas un frein aux investisseurs.

« Nous avons exposé durant cette rencontre le plan d'investissement de l'Algérie qui s'étale sur les 10 années à venir et nous avons réaffirmé notre objectif qui est de renforcer notre production industrielle et exporter vers l’Afrique », a-t-il indiqué avant de souligner qu'une délégation d'étudiants algériens se déplacera au Japon dès septembre prochain pour des formations dans des différents secteurs.

« Il existe diverses contraintes qui entravent l'investissement étranger en Algérie certes, mais il n’en demeure pas moins que le marché algérien offres des avantages comparatifs et d’énormes opportunités d’affaires », a reconnu l’ambassadeur, estimant que le partenariat algéro-japonais devra connaitre un nouvel élan après l'installation prochaine d'une commission mixte entre les deux pays.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
23avril 2015

Le FCE a reçu quatre ambassadeurs en audience Cap sur l’intensification des rencontres économiques

01févr. 2015

Rencontre entre Ali Haddad et Bernard Emié Donner un nouvel élan à la coopération algéro-française

04févr. 2015

Haddad a rencontré les ambassadeurs d'Italie et d'Espagne Accord pour la création de pôles industriels en partenariat

Commentaires

09 Avr 2015
jair57 13h21

Bonne chance et beaucoup de reussite

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.