lundi 26 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

La nouvelle Symbole made in Algeria en novembre 2014
Elle sera au même prix que la roumaine Abonnez-vous au flux RSS des articles

26 sept. 2013
09:21
0 commentaire Elle coûtera quand même plus chère que celle importée.

Le coup d’envoi des travaux de réalisation de l’usine Renault  à oued Tlélat à Oran a été lancé officiellement hier. La première voiture, la nouvelle Symbole, made in Algérie verra le jour en mois de novembre 2014. Elle sera destinée au marché local au même prix qu’une Symbole fabriquée en Romanie.

Le président directeur général de Renault Algérie,  Bernard Sonilhac a déclaré lors d’une conférence de presse animée, hier, à l’hôtel Sheraton que la voiture produite en Algérie répond aux mêmes normes que celle fabriquée en Romanie en matière de qualité et de sécurité.

Elle sera donc commercialisée sur le marché local à un prix égal à la romaine.  Il a assuré que l’usine de Oued Tlélat est capable de fabriquer d’autres modèles de voiture une fois le transfert de technologies réalisé. 

La réalisation de l’usine Renault passera par deux phases principales. La première phase qui verra le montage de 25.000 véhicules par an avec la création de 350 emplois directs. Dans ce cadre, le recrutement des futurs opérateurs de fabrication de l’usine a également débuté.

Une série de séances d’information  et de tests de qualification ont été effectués en coopération avec l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) pour une première sélection de candidats potentiels.

Le PDG de Renault Algérie  a annoncé sur ce point que les tests d’aptitude ont enregistré le même taux de réussite qu’ailleurs. Dans quelques semaines, il sera procédé à des entretiens avant d’entamer le parcours des formations aux métiers de l’automobile par des formateurs experts de Renault et par le centre de formation CFPA de Oued Tlélat.

La deuxième phase débutera en 2019 avec  augmentation de la capacité de production à 75.000 véhicules par an. Elle sera consacrée à l’installation de la tôlerie tout en complétant le tissu industriel avec des fournisseurs et des sous-traitants.

Pour garantir la qualité du produit, Renault mise gros sur la formation des équipes sur place. Côté sous-traitants, l’objectif est de soutenir le développement de la sous-traitance locale, axe majeur du développement industriel en Algérie.

Il est également question de transmettre aux entreprises choisies la technologie de Renault et son expertise en matière de qualité et de compétitivité.

Au démarrage de l’usine, le constructeur automobile français compte importer la pièce pour assurer la qualité et développer l’intégration locale.  Ceci en attendant  la fabrication de ces pièces localement.

Pour la pièce moteur, M.Bernard Sonilhac a expliqué qu’elle sera importée tout prête.  Le moteur est fabriqué en France, En Espagne et en Roumanie. « Pour l’instant, nous avons une usine de carrosserie montage en Algérie », dira-t-il.

Sur la qualité de production, le PDG de Renault insiste que « la qualité est une nécessité pour les fournisseurs qui vont nous accompagner.  Nous ne tolérons que 50 défauts par millions de pièces produites. C’est le système de production Renault. Nous serons, de ce fait intransigeants  dans le recrutement des employés et la formation.  60 sous-traitants ont été identifiés dont certains sont à l’audit qualité ».

Loubna Zahaf

Sur le même sujet
25sept. 2013

Renault Algérie Une vingtaine de sous-traitants sélectionnés

31janv. 2013

Renault en Algérie automobile Création de la société commune

20mars 2013

Industrie automobile L'usine Renault-Algérie lancée en septembre prochain

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.