lundi 20 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Hannele Voionma, Ambassadeur de la Finlande en poste à Alger
«Des accords ont été signés avec des banques algériennes» Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 nov. 2014
10:07
0 commentaire «On peut qualifier de modèle la relation entre la Finlande et l’Algérie»

Évoquer la Finlande est loin d’être une chose facile, de par son histoire. Avec ses 338 145 kilomètres carrés,  la Finlande, 5ème  plus grand pays de l'Union Européenne, possède plus de 100.000 îles. C’est aussi un pays de lacs puisqu’on en dénombre, également sur son territoire, environ 100.000.  Dans cet entretien, paru dans les colonnes de L’Éco (N°99 / du 1er au 15 novembre 2014), l’Ambassadeur de la Finlande, Hannele Voionma, en poste à Alger, évoque les relations bilatérales de son pays et l’Algérie. Nous vous laissons le soin de découvrir les multiples facettes souvent semblables de l’Algérie et de la Finlande.  

 

L’Eco : L’amitié entre l’Algérie et la Finlande a plusieurs décennies. Comment évaluez-vous, votre Excellence, les relations politiques entre votre pays et l’Algérie ?

Hannele Voionmaa : La relation entre la Finlande et l’Algérie, on peut la qualifier de modèle. Nous n’avons pas enregistré le moindre différend entre les deux pays. Les relations entre les deux pays remontent à bien avant l’indépendance de l’Algérie le 05 juillet 1962. La Finlande a reconnu l’indépendance de l’Algérie le 03 juillet 1962. C'est-à-dire, notre pays a reconnu devant l’opinion internationale l’indépendance de l’Algérie 02 jours avant la date officielle que vous appelez la Fête de le la jeunesse. En ce qui concerne l’indépendance de la Finlande, elle remonte à 1917.

Est-ce que vous pouvez nous décliner en chiffres les échanges économiques entre les deux pays ?

Les échanges économiques entre l’Algérie et la Finlande ont doublé ces dernières années. Nous avons espoir qu’en volumes et monnaies, cette croissance continuera à croître les prochaines années. Le volume annuel des échanges est d’environ 210 millions d’euros dont 142 millions relèvent des hydrocarbures. L’Algérie possède de gros volumes d’or noir, le pétrole. Cependant la Finlande, son or est vert. L’or vert de notre pays n’est autre que ses forêts d’arbres à perte de vue. Le reste des échanges est issu des produits de haute technologie comme le produit de téléphonie, de Clean Tech qui sont des systèmes de  purification de l’eau très usagée dans les secteurs sanitaire et de santé. C'est-à-dire des processus utilisés dans des  hôpitaux et dans des lieux sanitaires.

Les Algériens connaissent parfaitement un des plus grosses entreprises finlandaises, à savoir Nokia. Est-ce que d’autres entreprises envisageraient de signer des contrats de partenariats avec des entreprises algériennes ?

Il n’y a pas que Nokia. Des contrats ont été déjà signés pour un partenariat entre les entreprises des deux pays respectifs. Il s’agit de contrat portant sur la production des moissonneuses batteuses sur le site industriel de Sidi Belabbès. L’usine finno-algérienne a été inaugurée, en février 2012, par M. Jali Prihti et M. Mohamed Lamine Kiari. Les patrons respectifs de la finlandaise Sampo et de l’algérienne CMA.  La capacité de récolte de ces  nouvelles moissonneuses-batteuses, est d’une efficacité de 25% supérieure à celle du matériel traditionnel  mis actuellement sur le marché local par les concurrents implantés en Algérie.

La Finlande est l’un des plus gros producteurs mondiaux et de transformation du  bois.  Votre pays est un énorme exportateur de papier. Selon vous, y a-t-il possibilité de lier un partenariat entre les deux pays ?

 Une usine ultramoderne est en projet. Nous attendons la réponse des partenaires algériens pour lancer ce projet qui consiste en la réalisation d’une usine entièrement informatisée pour la transformation du bois. Cette usine devra être une référence pour ce secteur d’activité d’autant plus qu’elle sera réalisée et managée par de jeunes ingénieurs en informatique des deux pays et pour le partenariat économique entre Alger et Helsinki à travers cette start-up.

Votre pays compte une vingtaine d’entreprises cotées dans les places boursières mondiales, est-ce que le marché national intéresse les banques finlandaises ?

En effet, la Finlande facilite l’installation de ses banques dans des pays étrangers. On citera comme exemple la banque Pohjola et la banque Nordea. Ces dernières ont signé précisément des accords avec des banques algériennes. La mise en œuvre de ces accords aboutira à la facilitation des échanges économiques entre les deux pays. Les échanges devant être plus fluides à tous les niveaux. Cette fluidité sera une réalité après l’adoption en Algérie de la loi portant sur la signature électronique.

 Du fait de la crise, beaucoup de pays se disputent le marché algérien. Est-ce le cas de la Finlande ? 

 Ce n’est pas le cas de la Finlande. On ne va pas jouer des coudes pour gagner des parts de marché, même si les intérêts mutuels des deux pays sont importants. Nous avons donc lancé plusieurs partenariats en toute discrétion. Ils avancent d’une manière naturelle même si certains projets devront accélérer. Ce qui n’est pas le cas actuellement.  

 La Finlande est une référence mondiale en ce qui concerne son système éducatif, des observateurs estiment que l’Algérie doit regarder également vers les pays de l’Europe du nord pour s’en inspirer. Quelle est votre analyse sur ce point ?  

J’aime bien votre question ! (elle sourit). C’est vrai, la Finlande a connu plusieurs réformes de son système éducatif, avant d’opter pour le meilleur. Ce système est adopté par d’autres pays. Le système scolaire finlandais est complètement différent du système scolaire algérien. Chez nous, les enfants commencent l’école à l’âge de 7 ans. En Algérie, ils commencent à 5 ans. Les écoliers finnois profitent beaucoup de leur enfance. Ils apprennent des jeux de société, des chansons, ils font du sport également… A sept ans, ils sont déjà presque en aptitude d’apprendre tout. J’ai remarqué, en effet, que le cartable de l’écolier de votre pays est très lourd pour son âge. Il est trop chargé à cause, entre autres, du poids des livres. Mais je signale, par ailleurs, qu’une rencontre a eu lieu à Alger en 2013. Cette rencontre a fait l’objet d’échanges de points de vue entre les experts de l’Education nationale algérienne avec leurs homologues finlandais. A l’issue de cette rencontre, la commission des experts a fait 7 recommandations. Nous pensons que ces recommandations sont prises en considération par les décideurs algériens. D’ailleurs, nous en sommes heureux.  

Il y a quelques semaines la Suède a reconnu l’Etat palestinien. La Finlande emboitera-t-elle le pas sur cette décision historique ?

 Oui !  La décision de reconnaissance de la Suède de l’Etat palestinien est en effet historique. C’est le premier pays est qui annonce la création de cet Etat. En ce qui concerne la Finlande, la reconnaissance de la Palestine comme nouvel Etat est au stade de la réflexion. Nous attendons encore pour trancher sur cette revendication qui date depuis plusieurs décennies. Nous allons encore observer l’évolution de cette question pour se prononcer et annoncer ensuite la position officielle de la Finlande.

Pour clôture cet entretien, nous voudrions vous solliciter sur votre appréciation sur les échanges culturels entre Alger et Helsinki ?

Il y a beaucoup de points communs entre la culture finnoise et la culture algérienne. Les deux cultures ont été portées par l’oralité.  Les deux cultures ont été transmises de génération en génération oralement. C’est le cas de Kalevala. Kalevala est une épopée nationale. Elle est traduite en plus de 50 langues. Cette tradition orale millénaire est chantée par le peuple finlandais. En Algérie, on peut citer Idir. Il chante des textes populaires algériens comparables à Kalevala.

Mahmoud Chaal

Sur le même sujet
02déc. 2012

Un ministre et des hommes d'affaires en visite à Alger Les Finlandais à la recherche de partenaires

06déc. 2012

Coopération algéro-finlandaise Le secteur minier au menu

21juil. 2014

Modernisation des services de transmission de données Algérie télécom a choisi Nokia

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.