jeudi 19 avril 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Assemblage automobile : il n’y aura plus que cinq Abonnez-vous au flux RSS des articles

21 déc. 2017
18:14
0 commentaire L'année dernière, ils étaient une dizaine de concessionnaires à postuler

C’est un véritable avertissement que le premier ministre a signifié aujourd’hui aux opérateurs concernés par le montage véhicules. 

 

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a saisi l’occasion de l’inauguration de la 26ème édition de la foire de la production algérienne (FPA) à Alger pour aborder la question en des termes peu enclins à la complaisance, il avertira les constructeurs que « l’Etat va mettre de l’ordre dans ce secteur ». La demande pour l’assemblage des véhicules étant importante, il n’est plus question pour le premier ministre de dépenser de la ressource en devises fores pour l’importation de kits : « "Il y a trop de demandes sur l’automobile et nous (gouvernement) n’allons pas manger toutes les devises de l’Algérie en important des kits ». Une réponse ferme que donna le premier ministre à un concessionnaire qui demandait une autorisation pour l’assemblage des véhicules en Algérie ajoutant qu’il n’était plus question de récidiver dans la dépense sans grande impact économique comme ce fut le cas auparavant, « nous n’allons pas laisser refaire l’histoire des minoteries » a-t-il martelé.

Il annonça, sans plus de précisions que le nombre d’assembleurs automobiles à l’avenir sera de seulement « cinq pour l’automobile et cinq pour les camions ». Pour Ahmed Ouyahia c’est une question de préservation des intérêts du pays, même si « ceci ne va pas plaire à certains ».

RN/APS

Sur le même sujet
02janv. 2018

Le montage véhicules coûte cher

22déc. 2016

Des doutes sur la date du Salon de l’automobile 2017

24déc. 2012

Usine Renault Algérie Les chiffres annoncés seraient exagérés

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.