samedi 27 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Plus d'anarchie dans les extensions des villes Abonnez-vous au flux RSS des articles

02 mars 2017
15:05
0 commentaire "l'État a abandonné la formule de logement LSP".

Les extensions des grandes villes sont soumises depuis plus d'une année à des normes et instructions pour éviter toute forme d'anarchie.

 

La majorité des grandes villes du pays souffre d'une extension hasardeuse, loin de tout plan urbain adéquat ce qui a induit les autorités à  mettre en place des instruments pour réglementer ces pratiques qui nuisent à l'image et la qualité de l'urbanisme en Algérie. Ainsi "1500 lots ont été sélectionnés à travers les grandes villes du pays dont 1413 ont reçu des autorisations" a indiqué le ministre de l'habitat et de l'urbanisme Abdelmadjid Teboune aujourd'hui. Ces mesures sont prises non seulement pour mettre fin au désordre que connait nos villes, mais aussi " pour protéger les terres agricoles qui sont les premieres victimes de ces pratiques" a expliqué  Teboune en réponse à une question écrite d'un sénateur.

Le ministre, qui a reconnu les grands dégâts qu'à induit ce genre de pratique durant les années précédentes a expliqué que ce phénomène touche essentiellement les grandes villes à l'instar de la capitale, Constantine, Oran, Annaba et autres. Pour précision le ministère de l'agriculture à très souvent dénoncer les dépassements des programmes de logements construit sur des terres agricoles il a fallu un décret présidentiel pour mettre un terme à ce genre de pratique. Toutefois, des ce sont toujours constatés ou des autorisations douteuses sont accordées de la part des autorités locales. 

S'agissant de la formule de logement LSP, Teboune a réaffirmé que l'État a abandonné ce genre de type d'offre de logement en faveur de ceux de location vente AADL et ce, pour des raisons de faillites de certains entrepreneurs sous-traitants pour l'Etat.  

En répondant toujours à des questions des sénateurs, le ministre de l'habitat a affirmé que son département en l'occurrence l'habitat poursuit l'opération l'assanissement des dossiers des souscripteurs pour ce type de logement et dont les dossiers sont en contentieux. "Nous avons jusqu'à présent 8000 dossiers qui ne sont pas terminés" et les autorités ne comptent pas lâcher les promoteurs immobiliers jusqu'à la fin assainissement totale de l'opération".

Les promoteurs "défaillants" sont souvent ceux qui travaillent avec des «moyens dérisoires" pour la réalisation des projets. afin d''éviter à l'avenir ce genre de situations, un nouveau cahier des charges a été imposé aux promoteurs immobiliers agrées qui, par la même occasion doivent souscrire au fonds de garantie dédié à leur activités. 

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
23août 2014

170.000 logements prêts à être distribués avant fin 2014

08févr. 2013

Promotion immobilière L’exemple d’un opérateur lisible

13avril 2016

60% des promoteurs immobiliers hors la loi

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.