jeudi 14 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

La coopération avec la Chine connaît un nouvel élan Abonnez-vous au flux RSS des articles

16 oct. 2016
15:15
0 commentaire les investissements chinois en Algérie s'élèvent à 2,5 MDRS de dollars

Les relations économiques algéro-chinoises seront dorénavant basées sur une nouvelle stratégie qui vise le renforcement de la coopération dans une dizaine de domaines. C’est ce que prévoit l’accord-cadre signé aujourd’hui entre le ministre de l’industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb et Qian Keming vice-ministre chinois du Commerce.

 

Cet accord qui vient renforcer la manière et les domaines de coopération entre les deux pays, confirme l’intérêt que porte l’Algérie pour le partenaire chinois. Dans une allocation précèdent la signature, Bouchouareb, a expliqué que « l’accord vise à établir une plate-forme pour l’échange d’expériences entre les deux parties et à encourager les entreprises et les établissements des deux pays à développer davantage leur coopération en matière de renforcement des capacités productives».

En effet, selon le ministre de l’industrie, la relation économique qui étaient au début basée sur la réalisation des grandes infrastructures à cause des grands manques dont souffrait le pays, devraient maintenant se diriger vers d’autres secteurs notamment l’industrie et le transfert du savoir-faire. L’objectif de ce nouvel élan, est d’apporter un nouveau souffle et soutien à la productivité des entreprises algériennes. Dans ce sens, Bouchaoureb a clairement fait savori que cette nouvelle base des relations est  « le transfert et l'optimisation des capacités productives, alimentée principalement par les entreprises et orientée vers les bénéfices mutuels, ayant l'industrie manufacturière, la construction des infrastructures d'accompagnement, l'exploitation des ressources et des énergies comme secteurs majeurs, sous forme de partenariats, d'investissements directs étrangers, de commerce des équipements et de coopération technique».

Les secteurs les plus visés sont ceux de l’industrie mécanique, ferroviaires, sidérurgique, infrastructures, pétrochimie, énergies renouvelables et efficacité énergétique, ajoutant à cela, le pétrole et gaz, engineering, transformation des produits miniers et matériaux de construction, voir même, les appareils électroménagers.

D’une manière générale, la coopération touchera tout domaine identifié par l'une des deux parties et que l'autre partie consent à ouvrir à une coopération bilatérale.

Pour le vice-ministre chinois, cet accord contribuera à l’augmentation de la qualité de la coopération entre les deux pays. Qian Keming, a souligné à cette occasion que « si les investissements chinois en Algérie sont de l’ordre de 2,5 milliards de dollars, cet accord permettra de les augmenter vers un niveau supérieur». Remarquant la disponibilité de l’Algérie à franchir ce pas dans les investissements, Qian Keming a affiché un grand optimisme quant à la réussite des objectifs de cet accord.

Pour rappel, la Chine est le premier partenaire commercial de l’Algérie, il a détrôné la France depuis plus de deux ans. Avec un niveau important de coopération, l’Algérie compte pousser sa coopération des échanges commerciaux et des marchés publics clés en main vers une phase de partenariat et de co-production à travers le lancement de nombreux projets industriels et les perspectives prometteuses dans le domaine de l’exploration et l’exploitation minières.

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
08avril 2015

Accusé d’avoir obtenu un terrain de 24 000 m2 d’une manière opaque Haddad apporte un démenti

10janv. 2013

Déclaration algéro-espagnole Document

01juil. 2014

Programme national de l'énergie L’Algérie fait appel aux compagnies chinoises

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.