jeudi 21 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

BTPH : les entreprises doivent 1,5 Mds au trésor Abonnez-vous au flux RSS des articles

11 mai 2017
13:46
0 commentaire L'ANSA revendique une baisse des intérêts bancaires

Le niveau des créances des entreprises activant dans le secteur du BTPH déténues sur le Trésor public s’élève à plus de 1,5 milliards de dinars a indiqué Nabil Hedjazi, vice-président de l'Association nationale des sociétés algériennes (ANSA).

 

Ces entreprises ne cessent de réclamer leur dû auprès des maîtres d'ouvrage afin de pouvoir faire face à leurs engagements financiers et poursuivre la réalisation de leurs projets. Selon l’intervention de M. Hedjazi sur les ondes de la radio nationale, « des versements ont déjà été effectués tandis que d'autres devraient se faire dans les jours à venir, permettant aux entreprises de poursuivre leurs activités et la réalisation des projets».

Face à cette situation qui handicape plusieurs entrepreneures, les autorités ont décidé d’accorder un échéancier pour le paiement de leurs arriérés fiscaux et les cotisations sociales, ainsi que de l'annulation des pénalités de retard des projets

En effet, en raison de la baisse de la commande publique, plus de deux milles entreprises font face à des difficultés financières et risquent de mettre la clé sous le paillasson, menaçant ainsi la disparition de plus d’un million de poste d’emplois. Selon Nabil Hedjazi, « une instruction a été donnée par la Premier ministre au ministre des Finances et celui du Travail, permettant l'établissement d'un échéancier en faveur des entreprises activant dans le domaine du BTPH pour le paiement de leurs arriérés fiscaux et ceux des cotisations de la sécurité sociale.»

Des propositions pour dépasser la crise

M. Hedjazi a souligné que la décision avait été prise à l'issue d'une  rencontre entre les représentants de ces entreprises avec le Premier  ministre, Abdelmalek Sellal, tenue le 26 avril dernier, durant laquelle une liste de propositions a été remise aux pouvoirs publics pour prendre en  charge les problèmes et les préoccupations des opérateurs dans ce domaine.

Pour faire face à la baisse de la commande publique dans le secteur de l'habitat, les propositions faites par les représentants des entreprises du BTPH ont porté essentiellement sur une plus grande libération de l'activité de la promotion immobilière en faveur des entreprises souhaitant investir dans ce domaine, l'élargissement de la short-liste des entreprises de réalisation et l'intégration d'autres sociétés nationales dans la réalisation des projets figure également parmi les revendications présentées. Les entreprises concernées ont aussi proposé un accompagnement financier des banques et l'abaissement du taux d'intérêts des crédits bancaires à une fourchette oscillant entre 4 et 5% contre 7 et 8% actuellement pour pouvoir financer les projets et éviter les retards. 

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
31mai 2017

900 sociétés sauvées de la faillite

24févr. 2014

Secteur du bâtiment et des travaux publics Vers l’amendement de la loi immobilière

22oct. 2015

Régularisation des débiteurs de cotisations sociales Annulation de pénalités pour 22 241 employeurs

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.