vendredi 20 janvier 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Subventions, fiscalité, taux de change, informel et endettement extérieur
Les explications du ministre des Finances Abonnez-vous au flux RSS des articles

02 nov. 2015
16:31
0 commentaire Abderrahmane Benkhalfa

Le passage du ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa aujourd’hui à la radio nationale a été une occasion pour éclaircir certains sujets concernant la situation financière actuelle du pays.

 

L’invité de Forum de la Radio, a rassuré les Algériens quant au maintien de la politique sociale du pays, précisant que l’Etat a consacré 1800 milliards de dinars pour les subventions au titre du projet de la loi de Finances 2016. Cette enveloppe sera répartie sur les secteurs de la santé, l’éducation, le subventionnement des produits de première nécessité ainsi sur les classes défavorisées.

En revanche, le ministre a évoqué une augmentation de plus de 20% des prix de carburant, alors que les prix d’électricité et du gaz seront revus à la hausse uniquement pour les gros consommateurs. Cette augmentation vise à rationaliser les dépenses et lutter contre le gaspillage.

S’agissant de la fiscalité, le ministre des Finances a estimé que cette année, les recettes de la fiscalité ordinaires seront plus importantes que celles de la fiscalité pétrolière, estimées respectivement à  3 000 milliards de dinars et à 2 000 milliards de dinars. La hausse de la fiscalité s’explique, selon le premier argentier du pays, par l’augmentation de l’assiette fiscale. « Les créanciers du fisc seront dans l’obligation de payer leurs amendes quelle que soit leur durée et leurs montants », a-t-il annoncé, soulignant qu’une liste de ces créanciers a été déjà établie.

Assurer l’équilibre dans le budget de l’Etat sera difficile cette année, mais des mesures rationnelles sont prises afin de minimiser le déficit et le recours aux recettes du FRR. 

Abordant les flux de capitaux circulant en dehors du circuit bancaire, le ministre a  indiqué que  le premier bilan du programme de la conformité fiscale volontaire sera donné à la fin de l’année en cours. Interrogé par ailleurs sur l’intervalle existant entre le taux change formel, dinars-devises, et celui pratiqué sur le marché parallèle, Benkhalfa explique la hausse par une forte demande sur la devise et non pas en raison de la baisse la valeur du dinar. « L’augmentation de prix de la devise n’a pas d’explication économique. Elle ne peut être expliquée que par une forte demande sur cette devise qui est essentiellement destinée à être transféré illégalement à l’étranger», fera-t-il savoir, tout en regrettant la réticence des détenteurs de ces capitaux à déposer leur argent dans le circuit formel.

Répondant à une question liée aux négociations que mène l’Algérie pour contracter un prêt auprès de la Chine, le ministre des Finances a indiqué que ce n’est pas un crédit classique. Selon lui, cette forme de financement est autorisée par la Loi de Finances à titre exceptionnel. Le remboursement de ces crédits se fera grâce à la rentabilité des projets qui seront lancés avec des partenaires étrangers. C’est un crédit concessionnel, a-t-il expliqué, qui sera considéré comme un investissement direct étranger (IDE), a-t-il ajouté.

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
22déc. 2015

Benkhalfa appelle au patriotisme économique

16nov. 2016

FRR : plus de 17 000 mrds DA de prélèvement en 15 ans

10janv. 2017

Evasion fiscale : 800 plaintes déposées en 2016

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.