lundi 27 février 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Maghreb Emergent l’a publié aujourd’hui
Le listing de clients algériens de HSBC Suisse révélé Abonnez-vous au flux RSS des articles

17 mars 2015
13:19
0 commentaire Des hommes d’affaires en majorité

 

Notre confrère « Maghreb Emergent », quotidien électronique a publié aujourd’hui mardi, un article dans lequel il fait part de son obtention du listing des algériens détenteurs de comptes à la Banque suisse HSBC.

 

Le quotidien dirigé par notre confrère Ihassan El Kadi, a ainsi rendu public quelques noms de nationaux ayant ouvert des comptes au niveau de cette banque. Ils sont pour la plupart des hommes d’affaires.

Le listing couvre les années 2006 et 2007. Parmi les détenteurs de ces comptes figure Sid Ahmed Tadjeddine Addou, impliqué dans le scandale de l’autoroute Est-Ouest dont le procès s’ouvre mercredi prochain au tribunal criminel près la Cour d’Alger. C’est lui qui est derrière les révélations au juge d’instruction sur l’important rôle qu’il a joué (intermédiaire) pour le compte du ministre des Transports auprès de la société Egis route. Parent de l’ex-wali d’Alger, il est aujourd’hui en liberté provisoire après avoir passé 13 mois en détention préventive. Il est poursuivi pour association de malfaiteurs, trafic d’influence, corruption et blanchiment d’argent. Tadjeddine Addou est lié à deux comptes ouverts à HSBC Suisse aux noms de deux sociétés domiciliées aux Iles vierges britanniques, Rubato Holdings Limited et Merland Limited. Celles-ci auraient servi, selon les conclusions du magistrat instructeur en charge de l’affaire de l’autoroute Est-Ouest, à dissimuler les transactions fictives qu’il aurait conclues avec le groupe canadien SM International Inc. et le groupe portugais COBA.

Le patron de la célèbre biscuiterie et chocolaterie Bimo qu’il dirige avec ses deux fils qui sont ses vice-présidents détient lui aussi un compte dans la banque suisse d’un montant de 10 millions de dollars qu’il a ouvert en février 1997. Selon Maghreb Emergent, ses deux enfants et son épouse sont associés à ce compte.

5,6 milliards de dollars. C’est le montant détenu par le frère du président du club de football algérois Nahd. D’après notre confrère, Bachir Ould Zemirli possède plusieurs entreprises offshores, mais est également associé dans plusieurs autres algériennes, dont la Société des eaux minérale d’Oumalou qui commercialise l’eau Sidi Rached. Il dispose également d’une société immobilière en France qu’il a créée en 2012 au capital de 1,3 million d’euros et d’une autre en offshore (Drilling consultannt limited) domiciliée aux Iles vierges britanniques. Il est également détenteur d’un compte bancaire dans la filiale de HSBC au Liban alors qu’on ne lui connaît aucune activité commerciale dans le pays des cèdres.

L’ex-chef de la zone autonome d’Alger pendant la guerre de libération détient lu aussi un compte dans cette banque suisse, qualifiée de paradis fiscal. Ledit compte (ouvert en 2006) est alimenté par 400.762 dollars. Le très controversé Yacef Sadi, c’est de lui qu’il s’agit, avait créé en 1966 une société de production cinématographique qui a produit un seul et unique film, La Bataille d’Alger en l’occurrence dans lequel il a joué son propre rôle de chef de la zone autonome. Yacef Sadi est sénateur dan le tiers présidentiel depuis 2001 à ce jour.

C’est sans surprise que l’on découvre dans le listing détenu par nos confrères le nom de l’homme d’affaires Djilali Mehri. Lequel est détenteur d’un compte chez HSBC Suisse en 2006-2007 dans lequel est associé son fils. Toutefois, précise notre confrère, le solde du compte du milliardaire est encore indisponible à ce stade de l’enquête. « Je ne peux vous dire comment ce compte est alimenté, c’est privé. Mais, vous devriez savoir que nous avons des biens et des participations un peu partout à travers le monde. Ce n’est pas un secret. Notre groupe est actif depuis années dans l’industrie, l’agriculture, l’hôtellerie et l’immobilier. Nous travaillons dans la transparence et nous payons nos impôts. Ici en Algérie, toutes nos opérations passent par la Banque centrale. Notre groupe est peut-être le groupe le privé qui apporte le plus de devises pour financer des investissements dans le pays. Personnellement, je suis binational (franco-algérien, Ndlr), résident à l’étranger, je ne suis ni fonctionnaire ni politique et je ne suis pas concerné par cette interdiction de se constituer des avoirs à l’étranger », a déclaré à Maghreb Émergent Djamel Mehri.

Sur les 440 Algériens détenteurs de compte chez HSBC Suisse, précise le quotidien électronique, nombre d’entre eux sont des pieds-noirs et des juifs d’Algérie ayant quitté le pays à l’indépendance en 1962, puis choisi d’autres nationalités : française, américaine, canadienne, mexicaine, argentine ou israélienne. Nombreux aussi sont ceux issus de familles libanaises, tunisiennes ou marocaines ayant vécu en Algérie avant de la quitter à leur tour pour s’installer ailleurs dans le monde.

Il y a aussi parmi ces Algériens détenteurs de comptes chez la filiale suisse de la banque HSBC des médecins et des architectes, un artiste plasticien, ou encore l’épouse d’un responsable de cette filiale suisse d’HSBC.

F. Ababsa

Sur le même sujet
29avril 2015

Affaire de l’autoroute Est-Ouest Le procès reprendra jeudi avec l'audition des témoins

09janv. 2014

L'Algérien Rachid Sekak nommé membre de l'Ordre de l'Empire britannique

24mars 2015

Procès de l’affaire autoroute Est-Ouest 23 prévenus demain devant la barre

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.