mardi 24 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le FSIE attire peu de souscripteurs Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 déc. 2016
15:34
0 commentaire Le Fonds propose un rendement annuel de 8%

Le Fonds de soutien à l'investissement pour l'emploi (FSIE), attire peu de souscripteurs.  Selon son directeur général, Mohamed Sennoun, le Fonds compte seulement 5 000 souscripteurs depuis son lancement effectif en 2008. 

 

« C'est un bilan timide, mais nous comptons intensifier nos efforts de vulgarisation pour réaliser notre objectif qui est d'arriver à 20 000 souscripteurs réguliers », avance-t-il.  Expliquant les raisons de ce faible niveau de souscription, M. Sennoun les impute à plusieurs facteurs dont la longue durée nécessaire pour finaliser les détails de ce type de prestation, le faible engagement des banques mais aussi, avoue-t-il, un manque de communication par le FSIE. Actuellement, le produit « Chhihti », qui est le nom commercial attribué au revenu complémentaire à la retraite fourni par le FSIE, est commercialisé à travers seulement 19 agences de la Banque Nationale d'Algérie (BNA) ainsi que par les bureaux du CCP, fait-il savoir. Mais avec les réticences des entreprises familiales à ouvrir leur capital social, aucune prise de participation par le Fonds dans le capital de PME n'a eu lieu après huit ans d'exercice.

Pour rappel, cet organisme, dont le conseil d'administration est présidé par un représentant du ministère des Finances, est habilité à placer au maximum 50% de ses ressources dans les PME, et le reste, soit 50% ou plus, dans des titres du Trésor public. Le fonds propose aux travailleurs-souscripteurs un rendement annuel de 4% au minimum et pouvant même atteindre 8%, des taux qui dépassent largement ceux des intérêts de l'épargne offerts par les banques, qui sont actuellement inférieurs à 2%. Ainsi, un travailleur âgé de 40 ans qui achète chaque mois cinq actions « Chhihti », encaissera un montant de 464.351dinars lorsqu'il aura 60 ans en ayant payé 900 dinars par mois durant vingt ans (un total de près de 130.000 dinars sur 20 ans), soit un gain de plus de 334.000 dinars. Pour un travailleur de 25 ans, il peut recevoir un montant de plus de 2,8 millions dinars à 60 ans dans le cas où il achète 10 actions pour 1.800 dinars chaque mois, indiquent les résultats de tests de simulation. Si le même souscripteur veut avoir 2 millions de dinars quand il aura 60 ans, il doit souscrire mensuellement pour 21 actions, c'est-à-dire pour 3 780 dinars par mois. Sachant que la valeur nominale à souscrire au Fonds est de 200 dinars par action, mais qui revient, en réalité, à 180 dinars grâce à une bonification par le Trésor. « Pour les ressources que nous plaçons dans les titres du Trésor public, nous avons un rendement annuel autour de 4 à 5%, alors que pour les placements dans les PME, le rendement ne peut être inférieur à 10-15% », soutient-il.

L.M

Sur le même sujet
18mai 2016

Emprunt obligataire: plus de 50 milliards DA collectés par la BEA

11avril 2016

L’emprunt obligataire à partir de 17 avril

03mai 2016

BDL : un bénéfice de 7 milliards de dinars en 2015

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.