samedi 18 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Diversification de l’économie algérienne
La Banque mondiale propose son expertise Abonnez-vous au flux RSS des articles

23 mai 2013
13:49
0 commentaire Siège de la Banque mondiale

 

La Banque mondiale cherche à mieux apporter son expertise à l’Algérie en matière de diversification de l’économie pour s’assurer une croissance plus solide et inclusive.

 

En dépit de toutes les réformes économiques engagées jusqu’à l’heure pour diversifier son économie,  l’Algérie demeure extrêmement assujettie à la volatilité des prix du baril sur les marchés internationaux. Les hydrocarbures restent la seule source financière sur laquelle s’arcboute tout son développement économique, d’où ses vulnérabilités aux moindre chocs extérieurs. A cet égard, la Banque mondiale se dit disposée à prêter main forte aux différents programmes de modernisation devant permettre à l’Algérie de se libérer graduellement du carcan des hydrocarbures.

Les bases de cette démarche remontent, faut-il le rappeler, à un partenariat stratégique signé en 2011 entre l’Algérie et cette institution de Bretton Woods, mais décidemment dans les faits beaucoup reste à entreprendre pour mieux tirer profit de cette coopération, raison pour laquelle la vice-présidente de cette institution financière pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, Inger Andersen, en Algérie depuis mardi, a multiplié les pourparlers avec les différents responsables algériens pour réitérer les engagements de la Banque mondiale de soutenir l’Algérie dans son processus de modernisation de son économie.    

La BM est « prête à élargir son programme en Algérie avec un soutien aux programmes de diversification de l’économie et de renforcement des institutions pour servir de catalyseurs à une croissance plus solide et inclusive », a déclaré Inger Andersen qui souligne dans la foulée qu’une économie plus diversifiée permettrait de générer, à la fois, les sources de l’emploi et de la croissance. Objectif pour lequel, poursuit la vice-présidente, la BM était « disponible à offrir toute son expertise pour aider l’Algérie afin de l‘atteindre ».

D’autre part, Inger Andersen dira que « la BM est à l’écoute des priorités du gouvernement algérien » et qu’elle est  « prête à mobiliser l’expertise internationale nécessaire, notamment pour appuyer les programmes de modernisation et de réformes dans les domaines où le gouvernement algérien souhaite coopérer avec l’institution ».

A noter que Mme Andersen effectue une visite de travail de trois jours en Algérie, à l’occasion de laquelle elle a eu des entretiens avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, six ministres et plusieurs hauts responsables financiers du pays.

Par Hamid Mohandi [ Le contacter ]

Mots-clés
Sur le même sujet
31juil. 2017

M. Raouya reçoit une délégation de la Banque mondiale

19mars 2017

La banque mondiale scrute l’économie algérienne

03nov. 2012

La Banque mondiale modifie sa politique des prêts d’investissement

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.