vendredi 19 octobre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Banque d’Algérie
Billets de 200 dinars absorbés fin 2014 Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 déc. 2013
20:08
0 commentaire La décision est prise par le Conseil de la monnaie et du crédit.

Les billets de banque de 200 dinars, émis au début des années 80, seront retirés définitivement de la circulation en décembre 2014, a annoncé, jeudi, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci, lors de son passage devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN).

 

« La décision du retrait définitif de ce billet est prise récemment par le Conseil de la monnaie et du crédit et les détenteurs auront un délai de dix ans, à compter du 31 décembre 2014, pour échanger leurs billets, contre ceux imprimés en 1992 ou par des pièces de monnaie de la même valeur auprès des agences relevant de la Banque d'Algérie», a précisé Laksaci qui répondait aux questions, soulevées la veille en séance plénière par des députés.

Laksaci a, par ailleurs, indiqué que les billets de cette coupure, encore en circulation, ne représentent que 0,7% de la masse monétaire, rappelant que la Banque d’Algérie n’émis plus ce genre de billet depuis mars 2012.

Ce billet, abîmé, déchiré et dont les caractéristiques de sécurité certifiant son authenticité sont complètement effacées, est, actuellement, rejeté aussi bien par les commerçants que par les gants de banques et de postes. Son retrait graduel a été décidé en 2011, mais, au demeurant, l’opération n’a pas atteint les objectifs attendus. 

Le gouverneur de la Banque d’Algérie a, par ailleurs, écarté tout risque de manque de liquidité dans les établissements financiers qui comptabilisent, a-t-il dit, "plus de 3005,2 milliards de dinars". Dans ce sillage, il a précisé que la banque centrale a émis, en 2011, le billet de 2000 dinars qui représente, en octobre 2013,  plus de 29% de la masse monétaire, contre 65,5% pour le billet de 1000 dinars et 2,8% pour celui de 500 dinars.

Révision de la réglementation des bureaux de change

La réglementation régissant l’ouverture et le fonctionnement des bureaux de change sera prochainement modifiée, dira Laksaci avant de préciser que les marges de rémunération de ces bureaux, fixées à 1% sur les commissions, seront revues à la hausse pour atteindre le seuil de 5%.

C’est en raison de cette marge insignifiante (1%), que plusieurs bureaux de change ne sont plus en activité actuellement, explique le gouverneur de la Banque d’Algérie, tout en précisant qu’il reste que 6 bureaux actifs sur les 46 bureaux autorisés et que la BA a reçu 9 demandes d’autorisation, durant l’année 2013.

Sur une question relative à la convertibilité du dinar en devise, le gouverneur de la BA a expliqué qu’avec une balance de paiement presque négative, il n’est plus question d’autoriser la convertibilité du dinar, toutefois « la question devrait être étudiée, dans le cas ou la situation évolue positivement », a expliqué encore Laksaci devant une poignée de députés.

Khelifa Litamine

Sur le même sujet
23mars 2016

Nouveau règlement de la BA pour les bureaux de changes

30oct. 2012

Les billets vétustes de 200 DA seront entièrement retirés du marché avant la fin de l’année

21mars 2013

Système de paiement approprié ou de télé-compensation Utilisé à 10% de ses capacités

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.