vendredi 18 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Réserves de change de l’Algérie
194,01 milliards de dollars en 2013 Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 févr. 2014
16:58
0 commentaire Mohamed Laksaci, gouverneur de la BA.

L’encours des réserves de change (or non compris) est évalué à 194,01 milliards de dollars à fin décembre 2013, contre 190,66 milliards de dollars à fin décembre 2012, et la dette extérieure est évaluée, quant à elle, à 3,396 milliards de dollars à fin décembre 2013, contre 3,676 milliards de dollars à fin décembre 2012. Ce qui confirme la solidité de la position financière extérieure de l’Algérie. 

 

Les réserves de change de l’Algérie ont connu une augmentation de plus de 3 milliards de dollars en fin 2013 pour atteindre 194,01 milliards de dollars, contre 190,66 milliards de dollars à fin décembre 2012.

« L’encours des réserves de change sont en  situation de faible flux de réserves conjugué à l’effet de valorisation », a estimé, aujourd’hui, le Gouverneur de la banque d'Algérie (BA), Mohamed Laksaci, qui s’exprimait lors d’une réunion d’information et d’orientation regroupant les premiers responsables des banques et établissements financiers au siège de l’Ecole Supérieure de Banque , à Bouzaréah.

«Si la progression des réserves a été faible comparativement aux années 2012 et 2011, la position financière extérieure nette de l’Algérie reste solide, appuyée par un niveau historiquement bas de la dette extérieure (3,396 milliards de dollars à fin décembre 2013 contre 3,676 milliards de dollars à fin décembre 2012)», a, toutefois, rassuré Laksaci.

Selon lui, le niveau des réserves accumulé dépasse les seuils d’adéquation habituels pour les pays émergents, ce qui permet à l’Algérie de faire face à d’éventuels chocs externes et de préserver sa stabilité extérieure. Il a estimé que la BA a poursuivi en 2013 la gestion prudente des réserves officielles de change. Cela, en mettant de plus en plus en avant le suivi rigoureux et la gestion des risques, au moyen notamment de mesures de prudence appropriées pour préserver le capital des investissements de toute perte, tout en atteignant un niveau de rendement acceptable compte tenu de la persistance de l’environnement de faibles taux d’intérêt mondiaux.

A fin décembre 2013, les emprunts publics à 10 ans aux Etats-Unis affichaient un rendement de 3,03 % contre 1,92 % pour les titres publics allemands de même maturité, a-t-il encore souligné. Selon le premier responsable de la banque d’Algérie, la gestion prudente des réserves officielles de change par la BA contribue à la stabilité financière extérieure sur le moyen terme, en contexte de conduite flexible de la politique de taux de change effectif du dinar, à proximité de son niveau d’équilibre fondamental.

«Dans cet objectif, l’intervention de la BA   sur le marché interbancaire des changes a permis d’atténuer l’impact, sur l’économie nationale, de la volatilité sur les marchés des changes internationaux à partir de mai 2013, pendant qu’il en a résulté de fortes dépréciations des monnaies de plusieurs pays émergents voire des risques pour leur stabilité financière qui ont amené certaines banques centrales à intervenir sur les marchés de change et à resserrer leur politique monétaire», a encore expliqué le gouverneur de la BA.

C’est dans ce contexte de volatilité des cours de change des principales devises à partir de mai 2013, que le cours moyen annuel du dinar contre le dollar américain a connu une dépréciation de 2,36 %, a-t-il ajouté.

S’agissant du taux de change moyen annuel du dinar algérien contre le dollar américain, il s’est établi à 79,38 Usd/Da en 2013, contre 77,55 Usd/Da en 2012. Par contre, le taux de change moyen mensuel du dinar contre le dollar américain a enregistré une dépréciation de seulement 0,6 % et ce, entre décembre 2012 (78,18 Usd/Da) et décembre 2013 (78,65Usd/Da). Parallèlement, le cours de change annuel moyen du dinar contre l’euro s’est déprécié de 3,21 % en 2013 par rapport à l’année 2012, passant de 102,16 Eur/Da en 2012 à 105,43 Eue/Da en 2013, pendant que ce dernier s’est apprécié de 3,37 % contre le dollar américain en 2013 (1,32 Eur/Usd en 2013 contre 1,28 Eur/Usd en 2012).

Le Gouverneur de la BA estime qu’il s’agit d’une faible dépréciation comparativement à celles des monnaies de certains pays émergents aussi bien face au dollar qu’à l’euro, ajoutant que le taux de change effectif réel du dinar reste apprécié d’environ 4 % à décembre  2013 par rapport à son niveau d’équilibre déterminé en fonction des fondamentaux. Il a, en outre, noté que le ratio avoirs extérieurs nets M2 a atteint 1,27 à fin 2013, après un passage de 0,83 à fin 2004 à 1,473 à fin 2008. Selon lui, cela confirme l’importance de la position des avoirs extérieurs comme garantie des signes monétaires dans l’économie nationale.  

Lahcene Brahmi

Sur le même sujet
08sept. 2015

Tendances financières et monétaires de l'Algérie au 1er semestre Les ressources du FRR en baisse de 1714, 6 milliards DA

01juil. 2012

Année 2011 Réserves de changes à l’étranger: l’Algérie a engrangé 4,45 milliards de dollars

15déc. 2014

Lors de la présentation du rapport annuel de la Banque d’Algérie à l’APN Laksaci avertit quant à la vulnérabilité des finances

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.