lundi 29 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Sonatrach refuse de céder au chantage de Total et Repsol Abonnez-vous au flux RSS des articles

09 juil. 2016
19:45
0 commentaire Le beurre et l'argent du beurre, et ensuite... ?

La compagnie nationale des Hydrocarbures a répondu, aujourd'hui, aux déclarations du groupe français Total et l'Espagnole Repsol qui réclament des dédommagements de plusieurs millions d'euro a Sonatrach.

 

Il a fallu une semaine à Sonatrach pour riposter face a Total et Repsol qui ont confirmé il y a une semaine le lancement d'une procédure de l'arbitrage international contre l'Algérie pour contester la taxe sur les profits exceptionnels instaurés en 2006. Dans un communique rendu public, Sonatrach a indiqué qu'après avoir pris acte de la voie contentieuse empruntée par Total et Repsol, consistant à réclamer auprès des  instances arbitrales internationales un dédommagement du fait de l’application de la loi par Sonatrach concernant la mise en œuvre de la taxe sur les profits  exceptionnels instaurée en 2006, la compagnie s'est dite prête a négocier pour trouver des solutions adéquates à ce conflit commercial l'opposant a Total et Repsol, tout en conservant ses intérêts et potentiel sur le marché national dont elle détient le monopole. Elle refuse substantiellement de céder au chantage des deux compagnies étrangères.

Chose que lui reprochent les deux majors pétroliers français et espagnol qui l'accusent de manipuler les lois sans leur consultation. Du moins c'est ce qu'a déclaré, rappelons-le le Pdg de Total Patrick Pouyanne la semaine dernière.  « Si ne nous sommes pas d’accord sur l’interprétation d’une clause, nous allons en arbitrage », ajoutant que la décision de sa compagnie a été prise après l'échec de la tentative de résolution de l'affaire a l'amiable avec le gouvernement algérien.

Le groupe Total qui a décroche, en Algerie, plusieurs contrats  dans l’exploration et la production d’hydrocarbures dans la région de  Tin Fouyé Tabankort et a Timimoun reproche à l'Algérie sa réglementation pour les profits exceptionnels. Le groupe indique avoir payé 305 millions de dollars en impôts, taxes et droits à l'Algérie.

Sonatrach n'est pas à sa première expérience en matière d'arbitrage international. En 2012,  la compagnie a perdu face à sl'américain Anadarko qui a empoché plus de 4,4 milliards de dollars de dédommagements, après une bataille juridique qui a duré plusieurs années, au sujet de cette même taxe sur les profits exceptionnels. C'est ce qui encourage aujourd'hui Total et Repsol qui espèrent arracher plusieurs millions d'euro a l'Algérie en guise de dédommagement.

Samira Bourbia

Sur le même sujet
05juil. 2016

Que cache la décision du groupe Total ?

09déc. 2015

Site gazier de Boughezoul Repsol prévoit une mise en exploitation pour 2022

30nov. 2014

Hydrocarbures Petrojet décroche un nouveau contrat en Algérie

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.