dimanche 24 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Forum économique et social du cinquantenaire
On ne peut pas faire du neuf avec du vieux Abonnez-vous au flux RSS des articles

18 juin 2013
20:10
0 commentaire Ouverture du forum

Le forum économique et social du cinquantenaire s’est ouvert aujourd’hui au Palais de Nations. Cela en présence du Premier ministre et de la majorité des membres du gouvernement. 

« Il n’est pas question, du moins pour le court terme de revenir sur la règle 51/49 édictée par la loi de Finances complémentaire de 2009. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre à l’ouverture du forum économique et social du cinquantenaire. Un forum auquel beaucoup y ont cru au vu du programme des trois journées mais aussi des thèmes qui doivent être abordés dans le but de trouver des solutions aux blocages auxquels est confrontée l’économie du pays en dépit de toutes les mesures prises et des enveloppes financières mirobolantes dégagées pour ce faire.

Avait-on besoin d’une autre manifestation ou rencontre pour faire le diagnostic ? C’est vrai que nous sommes à l’ère des festivités du cinquantenaire de l’indépendance. Toutefois, le diagnostic est fait depuis longtemps. Pour ce qui concerne le Conseil économique et social, c’est depuis son existence que le doigt est pointé en direction de la bureaucratie, de la mentalité du parti unique, des difficultés auxquelles font face aussi bien les entreprises privées que publiques.

Par conséquent rien de nouveau n’est à mettre en exergue. L’on aura cependant constaté que ce sont toujours les mêmes qui sont conviés à ce genre de rencontres. De mémoire de journaliste nous n’avons assisté à des manifestations où des jeunes entrepreneurs, porteurs de projets et producteurs de richesses ont été conviés pour donner leur point de vue sur les problèmes qu’ils rencontrent, les embûches auxquelles ils font face quotidiennement. A titre d’exemple, nous n’avons pas rencontré des représentants de la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA) qui ont organisé dernièrement une caravane pour l’investissement dans le Sud du pays. Une caravane qui a vu des opérateurs privés s’intéresser à des secteurs comme le thermalisme, la photovoltaïque ou encore dans l’aliment du bétail. Nous n’avons pas vu non plus de jeunes.

Discours théologique

Dans la salle du Palais des Nations, il y avait toujours les mêmes. Ceux-là mêmes justement qui hier élaboraient des rapports incendiaires à l’encontre de la politique menée par le gouvernement et qui aujourd’hui applaudissent la politique tracée par le chef de l’Etat. « On ne fait pas du neuf avec du vieux ». Une expression qu’on a entendu à plusieurs reprises dans les coulisses du Palais des nations. « Il suffit de peu pour donner un coup de pied dans la fourmilière nous dira un expert. Nous n’avons pas besoin de diagnostic, on l’a déjà fait. Tous les rapports élaborés par les économistes et transmis aux décideurs ont été mis dans les tiroirs.»

Pour Abdelmalek Sellal, cette rencontre est une occasion de faire le bilan de 50 ans de l’économie algérienne. Un cinquantenaire de satisfecit dans lequel semble se complaire le gouvernement. Or, s’il n’est pas question de remettre en cause les acquis de la révolution algérienne, il n’en demeure pas moins que l’on ne peut continuer à en vivre. Car ce n’est point productif et cela n’aide pas les entreprises qu’elles soient publiques ou privées à se mettre en branle pour booster l’économie.

 

Doing Business devant le gouvernement

La rencontre d’aujourd’hui s’est déclinées en plusieurs atelier, dont celui de « l’Entreprise ». Un atelier qui dès sont entame a fait transparaître le décalage entre ce qui était requis et les débats qui s’en sont suivi. Nous avons même eu droit à un cours de théologie en matière d’octroi de crédit et de suppression de contrats deux en un. Et aussi surprenant que cela puisse paraître connaissant le gestionnaire, c’est le diresteur de la société nationale du leasing qui se fera le porte-parole des banques islamiques, allant jusqu’à éditer des quasi fetwas sur les intérêts et la mourabaha (L’Econews reviendra sur ce sujet avec l’avis des experts).

Sur un autre registre et à une question de l’Econews, le ministre de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement, a indiqué que le comité sur l’amélioratron du climat des affaires a achevé ses travaux et que ses conclusions ont été transmises au gouvernement qui les examinera dans dix jours. A propos du doing business algérien et toujours en répondans aux questions de l’Econews, M. Rahmani nou a indiqué que le rapport a déjà été transmis à la Banque mondiale.

Par Faouzia Ababsa [ Le contacter ]

Sur le même sujet
07déc. 2014

Parution du 4e numéro de «La lettre d’Al Djazair» de la Banque mondiale Doing Business : un rapport controversé

24juin 2013

Le ministre de l’Industrie l’a annoncé aujourd’hui 100 propositions pour l'amélioration du climat des affaires

13mai 2014

Eric Heutinck, Dg Maghreb du géant néerlandais de l'électronique «Philips s’intéresse au marché algérien»

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.