mardi 21 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Chute des cours du pétrole
Le brut algérien perd 5,35 dollars en juillet Abonnez-vous au flux RSS des articles

11 août 2015
18:48
0 commentaire Un baril s’échangeait à 56,34 dollars

La chute des prix du Sahara Blend, le brut de référence algérien, s’est encore accentuée durant le mois de juillet dernier. Le baril s’échangeait à 56,34 dollars, enregistrant ainsi une perte de 5,35 dollars comparativement au mois précédent.

 

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a indiqué dans son rapport mensuel publié aujourd’hui que le prix moyen du brut algérien est passé de 61,69 dollars le baril en juin à 56,34 dollars le baril en juillet. Cette baisse, explique l’organisation, intervient dans un contexte de déprime du marché de pétrole, qui a reculé de 10% en juillet, sur fond d'abondance de l'offre mondiale et de la levée attendue des sanctions contre l'Iran, suite à l'accord sur son programme nucléaire.

Le Sahara Blend, considéré comme l’un des bruts les mieux côtés du panier Opep, a perdu au total depuis le début de la chute des cours en juin 2014 à décembre de la même année environ 49 dollars. Il a suivi la même tendance baissière depuis le début de l’année en cours avant de s’établir à 56 dollars.

Il est utile de rappeler que le prix du pétrole algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du nord, coté sur le marché de Londres avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques, appréciées par les raffineurs et qui peut osciller entre 40 cents et quatre dollars.

La moyenne du prix du panier de l'OPEP a connu, quant à elle, une baisse de 6,02 dollars comparativement à celle du juin, pour atteindre 54,19 dollars le baril, continuant ainsi la chute enregistrée depuis mai dernier après deux mois de rebond.

Une production en légère hausse

Par ailleurs, le rapport mensuel de l’Opep fait état d'un léger rebond de la production de l'Algérie en juillet dernier à 1,160 million de barils/jour (b/j) contre 1,150 million b/j en juin, soit une hausse de 10.000 b/j, se basant sur des données algériennes officielles.

Ce niveau de production devrait s’accroitre à partir de ce mois d’août à la faveur de la mise en service des gisements de Bir Sebaa et de Bir Msana (Hassi Messaoud), lesquels devront assurer un apport supplémentaire cumulé de 32.000 barils/jour.

Le rapport a, en outre, relevé que la production globale de l'Opep a encore augmenté en juillet atteignant 31,603 mbj, contre 31,446 millions b/j (sans compter la production libyenne) notamment en raison de la hausse de production en Irak, Arabie saoudite, Angola et en Iran.

H.M

Sur le même sujet
15sept. 2015

Chute des cours du pétrole Le brut algérien perd 9,17 dollars en août

10févr. 2016

La production hors-Opep devrait baisser plus que prévu en 2016

14nov. 2017

Pétrole : les USA producteurs leaders dans 10 ans

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.