lundi 23 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

La règle 49/51 est irrévocable Abonnez-vous au flux RSS des articles

05 oct. 2017
10:40
0 commentaire Ouyahia répond du "tac au tac"

« Attendez donc la sortie du projet de loi avant de le commenter», écrit le Premier ministère sur son site internet.

 

Il s’agit en fait du projet d’amendement de la loi sur les hydrocarbures, dont les services du gouvernement estiment qu’il fait l’objet de beaucoup de spéculations. « L’annonce de la révision de la loi sur les hydrocarbures a ouvert la voie à de nombreuses spéculations. « Il est donc utile de préciser que cette révision ne portera sur aucune question de souveraineté, y compris la règle 51/49 dans les partenariats avec l’étranger », lit-on encore sur le site.

Cette précision vient certainement en réponse aux propos tenus par Louisa Hanoune, qui a exprimé mardi, à l’occasion de la tenue de la réunion du bureau politique du PT, ses craintes quant l’éventualité de la remise en cause des dispositions de la loi sur les hydrocarbures amendée en 2006 après le tollé qu’avait provoqué le texte élaboré par Chakib Khelil, alors ministre de l’Energie et des mines.

L’amendement de la loi sur les hydrocarbures, qui va certainement toucher la taxe la taxe des superprofits, semble inévitable, selon le gouvernement qui juge le texte en vigueur n’est pas attractif pour les investisseurs étrangers. Le ministre de l’Energie a même justifié la nécessité du changement par les 4 appels d’offres lancés par l’Algérie pour l’exploration qui se sont révélés infructueux.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
16avril 2012

Amendement de la loi sur les hydrocarbures La taxe sur les profits exceptionnels ne sera pas supprimée

07déc. 2016

Effacement des créances : Baba Ammi persiste

27juin 2016

Code d’investissement: les amendements des députés rejetés

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.