mardi 21 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

La Libye marque son retour sur le marché pétrolier Abonnez-vous au flux RSS des articles

17 sept. 2016
09:41
0 commentaire Libye : 9ème réserve mondiale de pétrole.

Après plusieurs années de repli et d’absence sur le marché pétrolier international, la Libye confirme son retour en force sur ce marché et va reprendre ses exportations de l’or noir après que les principaux terminaux ont été repris par les autorités rivales au gouvernement d'union. Rejoignant ainsi la position de l’Iran et l’Irak. 

 

Après le retour ambigu de l’Iran suite à la levée des sanctions internationales il y a presque un an et  celui de l’Irak, c’est au tour de la Libye de se réaffirmer sur le marché pétrolier à travers l’augmentation du volume de sa production afin de pouvoir confronter les forces rivales.  Cette information annoncée par  la compagnie nationale du pétrole(NOC) qui a précisé que « les exportations de brut allaient reprendre immédiatement à partir des terminaux de Ras Lanouf et Zoueitina, ainsi que des ports de Brega et d'Al-Sedra ».Cette décision intervient à quelques semaines seulement avant la tenue de la réunion informelle entre les pays membres de l’Opep et hors-Opep en marge du sommet énergétique à Alger qui devraient trancher sur la question du gel de la production.  Etant un producteur important au sein de l’organisation, ce retour pourrait peut être reconsidérer la décision de certains pays qui ont déjà annoncé leur accord pour le gel de la production tel que l’Iran, la Russie et l’Arabie Saoudite.

 A condition que la Libye ne s’oppose pas à cette décision comme était le cas avec l’Iran et l’Irak lors des précédentes rencontres qui se sont soldées par des échecs. L’Iran avait refusé, pour rappel, en mois d’avril dernier de participer à la réunion des pays membres de l’Opep et hors-Opep ce qui a conduit la rencontre à l’échec. Quant à l’Irak, il a refusé de réduire son volume de production, alors que celle-ci a dépassé 1,5 millions de baril par jour. Même chose pour l’Iran qui a refusé, également, de  se joindre à la décision du cartel avant d’atteindre son lot de production d’avant les sanctions. Ce qui a alimenté les craintes et inquiétude des experts quant au rééquilibrage du marché pétrolier. A cette donne s’ajoute le retour en force de la Libye qui prévoit de reprendre ses exportations après un retour au calme permettant à la NOC d'annoncer jeudi la levée de l'état de force majeure sur tous les ports du Croissant pétrolier, ouvrant ainsi la voie à la reprise des exportations. Une situation qui les empêché pendant des années de travailler correctement et de livrer leur produit dans les délais.

Pour rappel, en  2013, cette mesure d’état majeure avait été décrétée sur plusieurs sites pétroliers, la NOC explique dans son intervention que la Libye « a un besoin pressant de relancer son secteur pétrolier, sa principale ressource économique. Sa production de brut a été divisée par cinq depuis 2010, alors que le pays dispose des plus importantes réserves pétrolières d'Afrique (estimées à 48 milliards de barils) ».

Une décision à laquelle les Etats-Unis se sont déclarés favorables à cette décision. Une manière d’affirmer implicitement sa présence sur le marché libyen convoité par plusieurs autres pays. Chacun défend ses intérêts dans cette zone. 

Samira Bourbia

Sur le même sujet
03déc. 2015

Réunion de l’Opep demain à Vienne Les pays du Golf convergent vers la hausse de la production

24août 2016

Réunion Opep à Alger: l'Iran refuse de signer un compromis de gel

06août 2016

Le Venezuela exhorte l’Opep et hors-Opep à se réunir

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.