mercredi 13 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Rationalisation de la consommation énergétique dans le bâtiment
L’APRUE présente son premier guide Abonnez-vous au flux RSS des articles

17 nov. 2015
16:49
2 commentaires 14 critères d'évaluation ont été pris en compte dans ce guide

L'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'énergie (Aprue) a élaboré, en collaboration avec d’autres organismes, le premier guide qui permet aux professionnels du secteur du bâtiment de rationaliser la consommation énergétique dans la réalisation de logements.

 

Ce guide répond aux normes d’efficacité énergétique dans le domaine de la construction de logements et il sera distribué aux différents intervenants dans le secteur du bâtiment, à savoir, entrepreneurs, promoteurs, architectes, bureaux d’études, ingénieurs, etc.

Conçu par un groupe d’experts de l’Aprue, en collaboration avec le centre de développement des énergies renouvelables (Cder), centre national des études et de la recherche en industrie de bâtiment (Cnerib), de l’agence allemande de coopération au développement (GIZ) et la banque d’Algérie, ce guide permettra aux concernés d’intégrer l’efficacité énergétique dans la construction, selon les règles thermiques algériennes qui s’ajoutent aux textes juridiques en la matière avec un objectif final de réduire la consommation d’énergie et de promouvoir les énergies renouvelables ainsi que de protéger l’environnement et de préserver les ressources naturelles, a fait savoir M. Kamel Dali, directeur des projets de l’Aprue, ce matin lors de la journée d’étude consacrée à la rationalisation de la consommation de l’énergie.

Pour atteindre cet objectif, le document cite 14 critères d'évaluation de l'efficacité énergétique dans le bâtiment tels que la protection thermique en été, les besoins en énergie en hiver, les émissions de CO2, l'utilisation des énergies renouvelables et la puissance électrique.

La publication de ce guide sera accompagnée par la mise en place, sur le site web de l'Aprue, d'une application du calcul thermique du bâtiment qui permet de vérifier la conformité des projets de construction de bâtiments aux normes algériennes en effectuant les calculs thermiques nécessaires.

Il est à noter que la consommation d'énergie du secteur du bâtiment représente plus de 34% de la consommation globale nationale qui avait atteint 30 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) en 2012, selon une étude réalisée par l'Aprue. La consommation du chauffage vient en tête de liste avec 46% de la consommation totale dans le secteur du bâtiment, suivie par la cuisson des aliments (22%), la production de l'eau chaude (13%) et les utilisations électriques (19%).

Naima Allouche

Sur le même sujet
02févr. 2016

Vers moins de 30 % de consommation énergétique dans le bâtiment

27nov. 2017

Efficacité énergétique : les entreprises seront contrôlées

04juin 2016

La transition énergétique se fait par le partenariat

Commentaires

20 Nov 2015
moh ben 20h16

La réduction des amplitudes thermiques à travers les saisons et à travers le temps ont toujours été réalises par des utilisateurs et des projeteurs consciencieux. Maintenant, l'option de facilité l'emporte sur le plus d'effort. Pour le million de logements que l'état avait annoncé, il aurait été plus sage d'opter pour des séparations extérieures isolantes qui auront un impact significatif sur la réduction de la consommation d'énergie (électricité et gaz) ! en effet les climatiseurs et chauffage sont des équipements qui n’était pas indispensable, il y a un certain temps ! Donc le soutient revient de plein droit aux matériaux d'isolations ( Polystyrène, liège ...) que l'état est tenu de mettre sa disponibilité au grand public.

18 Nov 2015
SLIMAN 18h34

Une subvention de l’Etat de 80 % sur l’emploi des panneaux isolants (PSE et autres) vient d’être accordée dans le cadre du nouveau programme National d’Efficacité Energétique (P.N.E.E) de 100.000 logements/an. Mais quid des matériaux qui peuvent se substituer à la brique et au parpaing et contribuer à l’isolation thermique de nos maisons, et ce, autant sinon mieux et moins cher que ces panneaux ?
Pourquoi ces nouveaux matériaux ne bénéficient-ils de la même subvention ? Pourtant des études technico-économiques élaborées par des chercheurs algériens ont démontré tout l'intérêt pour le pays de promouvoir et de développer certains matériaux utilisant des matières premières disponibles localement et pouvant être fabriqués de manière simple, économique et favorisant l'emploi, ce qui n'est pas le cas des panneaux PSE, laine de verre, polyuréthane et autres que l'Etat a décidé de subventionner.

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.