mardi 21 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

OBG analyse le secteur algérien des hydrocarbures
Des tendances à la baisse Abonnez-vous au flux RSS des articles

29 mai 2013
14:42
0 commentaire Une baisse des exportations de 1,3% en 2012

Le cabinet britannique de l’intelligence économique, Oxford Business Group, vient de publier, aujourd’hui, son dernier rapport sur l’Algérie.

 

Les experts d’OBG pronostiquent sur les retombées attendues de la révision de la loi sur les hydrocarbures sur la relance de l’investissement dans le secteur de l’Energie. L’enjeu est si capital pour le pays. D’autant plus que « les niveaux de production évoluent à la baisse et cela fait deux ans que la contribution du secteur à la croissance du PIB réel est négative », fera constater OBG dans ledit rapport.

Quelques autres chiffres qui témoignent aussi de la détresse dans laquelle se trouve le secteur ; les exportations de pétrole et de gaz se chiffraient à 71,7 milliards de dollars en 2011 et à 70,8 milliards de dollars en 2012.

D’après les projections, les ventes «devraient accuser un léger fléchissement en 2013 pour atteindre 70,3 milliards de dollars». Pour les experts britanniques d’Oxford Business Group, «la nécessité de stimuler de nouvelles explorations est d’autant plus importante que la plupart des champs existants sont matures».

« Les efforts menés pour accroître la production sur le moyen terme devraient donc dépendre fortement de l’exploitation des ressources non conventionnelles et offshore », lit-on dans le même rapport. Ces deux dernières années, les voyants du secteur des hydrocarbures étaient au rouge; la production de pétrole brut est passée de 1,29 million de barils par jour (mbj) en 2011 à 1,27 mbj en 2012.

«En revanche, la production de gaz reste inchangée, atteignant 1,34 million de barils équivalent pétrole par jour en 2011-2012, avec des projections indiquant le même niveau pour 2013», indique OBG. Cependant, les volumes des hydrocarbures acheminés vers les clients étrangers ont connu une tendance à la baisse. La baisse a été de 1,3% en 2012, « exacerbée par la crise économique en Europe, après avoir gagné 27,6% en 2011 ».

Au premier trimestre 2013, la valeur des exportations d’hydrocarbures accusait une baisse de 3% en glissement annuel pour atteindre 19,68 milliards de dollars. Étant donné la prédominance du pétrole et du gaz, cette chute a contribué à un déclin de 2% de la valeur totale des exportations algériennes du trimestre, qui s’établit à 20,3 milliards de dollars.

D’après OBG, les révisions apportées à la loi sur les hydrocarbures « devraient permettre aux entreprises d’avoir davantage de contrôle dans leurs activités d’exploration même si la règle des 51-49% qui régit la création de joint-ventures reste inchangée ».

Ali Ben Mohamed

Mots-clés
Sur le même sujet
09janv. 2013

Le département US de l’Energie table sur une baisse du prix du Brent en 2013 et 2014

02juin 2014

Youcef Yousfi, Ministre de l’Energie «La situation de nos réserves n’est pas alarmante»

11juin 2013

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole maintient sa prévision pour 2013

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.