vendredi 26 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Accord des pays non-Opep pour réduire la production Abonnez-vous au flux RSS des articles

10 déc. 2016
17:31
0 commentaire baisse de 2% de la production mondiale de pétrole dès janvier.

 

Les pays producteurs non-Opep se sont entendus aujourd’hui à Vienne pour baisser leur production de plus de 600 000 jours. La décision était en fait de jumeler leurs efforts et réduire la production globale du brut. 

 

 

C’est une bonne nouvelle pour faire bondir les cours du brut à l’ouverture de la bourse lundi prochain. Le prix du Brent a clôturé hier à 54,31 dollars à Londres. Les douze ministres de l’énergie des pays non-Opep sont réunis cet-après-midi avec leur homologues membres de  l’Opep et se sont associé au pacte de limitation récemment conclu entre les membres de l'Opep des pays extérieurs à l'organisation pour consolider la remontée des prix.La réduction de 600 000 barils par jour convenue vient s’ajouter aux 1,2 million de baril par jour retirés du marché par le cartel pétrolier. Un total de 1,8 million de barils par jour, équivalent à 2% de la production mondiale. La Russie elle-même s’engage de tirer elle-même 300 000 barils jour, soit la moitié du quota à réduire  de la part des producteurs non-Opep. A cela s’ajoute, la promesse du Mexique qui s’engage de retirer 150 000 barils par jour.

Après avoir inondé le marché d'or noir et provoqué une dégringolade spectaculaire des prix depuis 2014, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont parvenus le 30 novembre à s'entendre sur une baisse de leur production de 1,2 million de barils par jour. Ila été décidé également lors de cette même réunion de fixer les quantités de production à réduire. En fait, Tous les pays du cartel étaient concernés par la baissedeleur niveau de production à l'exception de l'Iran, du Nigeria et de la Libye. L'Arabie Saoudite a accepté de supporter le gros de l'effort, faisant reculer sa propre production de 486 000 barils par jour, afin de permettre aux cours de remonter. L’Irak, lui est concerné par une diminution de 210 000 de barils par jours et une production de 4,35 millions de barils par jour. Les Émirats arabes unis, eux,  envisagent une baisse journalière de 139 000 barils et une production estimée à 2,87 millions de barils par jour.  Pour le Venezuela, sa production journalière diminuera de 95 000 barils par jour pour arriver à 1,97 millions de barils par jour. L’Algérie, quant à elle, va réduire sa production de 50 000 barils par jour pour atteindre un niveau de 1,039 millions de barils par jour en janvier.

Lynda Mellak

Sur le même sujet
01déc. 2016

Après l’accord de vienne : les cours s’affolent

06déc. 2016

Le prix du baril continu sa progression

11mai 2017

L’OPEP à la recherche d’un effort collectif

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.