jeudi 23 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Vers le paiement des factures de l’eau par internet Abonnez-vous au flux RSS des articles

15 août 2017
12:50
0 commentaire Perturbation de l’alimentation en eau potable dans 10 wilayas

Plus besoin de se déplacer vers les agences ni subir les contraintes des longues chaines et perte de temps, le consommateur algérien pourra s’acquitter de sa facture de consommation de l’eau potable via internet. Mais encore faut-il que les robinets coulent.   

 

L’annonce, de cette démarche sera faite ce jeudi à partir de l’hôtel Sofitel  ou, une cérémonie de circonstance est prévue et en présence des partenaires à savoir la SATIM et la BADR.

La cérémonie sera rehaussée par la présence du ministre des ressources en eau et de l’environnement et du ministre délégué chargé de l'économie numérique et de la modernisation des systèmes financiers peut-on lire sur le site de l’Algérienne des Eaux.

Un premier pas est franchi en direction de la modernisation du modèle de paiement en attendant que l’ensemble des problèmes que rencontre le secteur soient résorbés. Et le plus crucial d’entre eux reste le manque d’eau dans les robinets et le gaspillage, un souci récurrent qu’aucune mesure concrète ne vienne régler. L’absence du précieux liquide des robinets des ménages et malgré toutes les dispositions prises ces dernières années demeure le souci majeur de milliers de citoyens à travers le territoire national. « Il y’a 10 wilayas de l’Est du pays qui connaissent des difficultés en matière de disponibilité d’eau », avait reconnu le ministre en charge du secteur en marge de la plénière du Conseil de la nation consacrée à la présentation et le débat du plan d’action du gouvernement.  Une situation accentuée au courant de cet été qui a provoqué la colère des citoyens de certaines communes sortis dans la rue pour manifester leur ras le bol.

Pour celles, les plus touchées par l’assèchement des robinets en particulier les wilayas de l’extrême Est du pays à savoir El Taref et Souk Ahras en sus de Bordj Bou Arreridj, Bouira et Tizi Ouzou des opérations de rénovation et de réhabilitation des installations ont été lancées. Le financement se fera sur la réserve du Fonds National de l’Eau à hauteur de 6 milliards de dinars. Le ministre des ressources en eau dont l’agenda demeure chargé des différents aspects de la question avait la semaine dernière présenté un état des lieux du secteur en reconnaissant que « les défis restent importants », notamment parce que certaines régions rurales et montagneuses vivent encore une certaine précarité eau potable. Il a appelé à « mobiliser toutes les énergies pour améliorer le service public de l’eau potable », à « éliminer les points noirs recensés avec la coopération des collectivités locales ». Il ressort de ce bilan que 567 communes n’ont pas encore été intégrées à l’ADE, et qu’un accord est intervenu pour leur prise en charge dans un délai de deux ans. L’Algérie compte actuellement 70 barrages de grande et moyenne taille avec une capacité de 7 milliards de mètres cubes. A la fin 2014, le nombre des barrages atteindra les 84, totalisant une capacité globale de 8,9 milliards de mètres cubes, selon les estimations du ministère.

Lakhdar Aizouni

Sur le même sujet
30oct. 2017

Dégel des projets de l’hydraulique

08janv. 2014

Lutte contre le piratage et le gaspillage Bientôt une police de l’eau

28juin 2017

Ressources en eau : la situation se complique

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.