samedi 22 juillet 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Très faible recours au système SGP-USA Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 avril 2017
15:20
0 commentaire L'Algérie n'exporte que 2 produits dans le cadre de ce sysème

Les travaux de la 5ème session du conseil algéro-américain de l’Accord-cadre sur le commerce et l’investissement (TIFA), se sont tenus aujourd’hui à Alger.

 

Ils ont porté notamment sur les moyens d’éliminer «les entraves aux flux commerciaux et d’investissements entre l'Algérie et les Etats-Unis ».

Intervenant lors de cette rencontre le secrétaire général du ministère du Commerce, Mohamed Helaili, a estimé que les Etats-Unis sont un partenaire «important pour nous, il est notre 6ème fournisseur et 3ème client. Il a affiché son souhait de parvenir à des résultats qui seront bénéfiques et fructueux pour un développement harmonieux des relations économiques et commerciales entre les deux pays. »

En 2016, le volume global des échanges commerciaux entre l'Algérie et les Etats-Unis a atteint 5,6 milliards de dollars composés de 2,3 milliards de dollars d’importations algériennes et de 3,3 milliards de dollars d’exportations algériennes, contre 4,7 milliards de dollars en 2015 (2,7 milliards d’importations et 1,9 milliard d’exportations) », a précisé le même responsable.

Pour sa part, le représentant adjoint des Etats-Unis pour le commerce, Daniel Mullaney a souligné l’importance d'élargir la collaboration et de renforcer les échanges avec l’Algérie qui est, selon lui, un pays en phase de transition économique ayant réalisé des progrès sur les plans économique et règlementaire.

Il a, en outre, appelé la partie algérienne à tirer davantage profit du Système général des préférences (SGP) lequel est un dispositif mis en place par les Etats-Unis en 1970 permettant aux pays en développement de bénéficier des exonérations des droits de douanes et taxes à l'exportation vers le marché américain. "Nous constatons que l’Algérie n'a placé que deux produits sous le système SGP, et nous souhaitons voir l'Algérie profiter davantage de ce régime tarifaire avantageux", a-t-il soutenu.

Sur ce point, Erland Herfindahl, superviseur de l'administration du programme SGP et président du comité interinstitutionnel qui examine l'admissibilité des pays et les produits concernés par le programme, a indiqué hier que l'Algérie n'a pas bien exploité le système SGP, et ce, malgré son potentiel. «Sur les 3 500 produits éligibles au système SGP, l'Algérie n'exporte que 2 produits avec une valeur de 1,5 million de dollars», a indiqué M. Erland qui rappelle que les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint en 2016, 3,065 milliards de dollars.

Cette session de la TIFA a été axée sur les récents développements dans les politiques économiques en Algérie et aux Etats-Unis et sur l’appui au commerce et à l’investissement à travers le renforcement des capacités. L’accession de l’Algérie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l’accès aux marchés ainsi que le renforcement du cadre juridique bilatéral ont également figuré parmi les thèmes principaux de cette session.

N.I

Sur le même sujet
23avril 2017

L’Algérie ne bénéficie pas bien du système SGP-USA

19avril 2017

Nouvelles discussions algéro-américaines sur l’accord Tifa

01mars 2016

L'accord Tifa le 11 mars à Washington

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.