vendredi 17 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

«Notre salut est dans la diversification des exportations» Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 oct. 2017
15:48
0 commentaire 20 produits représentent 50% des importations

« Organisation des marchés intérieurs, régulation des importations, accords de libre échange, développement des exportations », est le thème du 4e panel de l’université d’été du Forum des chefs d’entreprises en son deuxième jour.

 

Le ministre du Commerce était l’invité de ce panel. M. Benmeradi a avoué avoir abandonné le discours que lui ont préparé ses services sur les réalisations dans son secteur pour en prononcer un autre plus proche de la réalité, à la lumière des débats d’hier. Le successeur de Saci annoncera aux opérateurs le lancement prochain d’un portail électronique pour l’enregistrement aussi bien au registre de commerce, à la CNAS et les impôts. Mais d’ores et déjà, avec le lancement du registre de commerce électronique, 670.000 entreprises ont été enregistrées.

M. Benmeradi abordera la régulation du marché intérieur et précisera qu’il faut 3.000 marchés pour y arriver alors que maintenant le pays ne dispose que de 1.500, ce qui est très peu au moment où 50% de la production agricole se trouve dans l’informel. Il a annoncé de nouvelles mesures de protection de l’économie nationale. Ces mesures porteront sur un relèvement des droits de douanes, le rétablissement des droits de douanes et de la Taxe intérieure de consommation (TIC) sur certains produits finis importés, mais aussi le contingentement d'autres groupes de marchandises.

Le représentant du gouvernement a été interpellé sur les entraves rencontrées par les chefs d’entreprises à l’exportation, dont l’absence de la chaîne logistique et l’imposition de la TVA à 19%. Ils ont également revendiqué la réactivation de la cellule d’écoute des exportateurs mise en place par feu Bakhti Belaib. Une structure qui a été bénéfique puisqu’elle a souvent permis de lever certains obstacles séance tenante. Ce à quoi Benmeradi par la création d’un registre où les chefs d’entreprises inscriraient les produits qu’il faille protéger. « L’information, c’est vous qui nous la donnez pour que l’on puisse interagir, parce que c’est vous qui êtes sur le terrain. » Ce registre permettra aussi d’'engager des enquêtes à même s'assurer de la capacité de ces opérateurs, qui sollicitent la protection, à couvrir partiellement ou totalement la demande nationale en respectant les conditions de qualité, des prix et de la concurrence.

La création d’une ou plusieurs sociétés qui se chargeraient du trading, de la prospection des marchés à l’extérieur puis de l’exportation a été aussi demandée par l’assistance car un bon producteur n’est pas forcément un bon exportateur. Et parce qu’il plus qu’important aujourd’hui de trouver les substitutions à l’importation. D’ailleurs dira le ministre du Commerce 20 produits représentent 50% des importations. « Notre salut viendra de la diversification des exportations. »

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
07déc. 2015

Selon le directeur du Centre national du registre de commerce 1,8 million de commerçants seront réimmatriculés

18sept. 2017

Les licences d’importation seront mises en adjudication

04mai 2014

Nomenclature des activités économiques Les activités d'import-export scindées en deux catégories

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.