lundi 11 décembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les licences d’importation seront mises en adjudication Abonnez-vous au flux RSS des articles

18 sept. 2017
10:55
0 commentaire Vers le retour à la valeur administrée

Les licences d’importation seront reconduites l’année prochaine pour la quasi-totalité des produits. Exception faite pour le ciment.

 

C’est ce qu’a déclaré ce matin Mohamed Benmeradi sur les ondes de la radio nationale. Le nouveau ministre du Commerce a précisé que la production du ciment couvre largement le marché national. «Nous avons d’ailleurs reçu des demandes de certains opérateurs pour son exportation.» Répondant à la question de savoir si les licences n’ont pas créé pénurie et situation de monopole, faisant exploser les prix, l’invité de la radio a pris l’exemple de la banane. Celle-ci a atteint des prix quasi prohibitifs, mais lui l’impute au fait que la distribution n’a pas été totale. « Nous n’avons libéré que 40 tonnes », précise-t-il.

Toujours dans le même volet, le ministre a reconnu de manière indirecte de l’existence de délit d’initié à travers des importations massives de produits concernés par les licences d’importation avant même la mise en place des contingents. Il annoncera alors que le gouvernement va opter pour l’adjudication, ce qui garantira lus de transparence. M. Bnmeradi s’est engagé à rendre publique la liste des produits soumis aux licences à partir de janvier prochain.

Sur un autre registre, le ministre a affirmé que le volume des importations du pays ne dépassera pas les 40 milliards de dollars cette année, contre plus de 46 milliards de dollars en 2016. Ce qui portera le déficit commercial à 10 milliards de dollars, soit un gain de plus de 7 milliards de dollars par rapport à l’année dernière.

Abordant le sujet de la surfacturation, l’hôte de la radio a reconnu sa persistance au regard des enquêtes menées par les services de la répression des fraudes. Aussi, il n’a pas exclu le retour à la valeur administrée, instaurée par feu Bakhti Belaïb en 1997 pour protéger la production nationale et supprimée en 2001 pour être remplacée par le droit additionnel provisoire. Une décision qui avait été décriée à l’époque par les opérateurs économiques, dénonçant ainsi la concurrence déloyale.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
08nov. 2015

Transferts illicites de capitaux vers l’étranger Belaïb révèle un montant de 20 milliards de dollars

21mars 2016

Licence d’importation: une économie de 7 milliards de dollars

27janv. 2014

Pour un montant de 814 millions de dinars 17 sites miniers attribués par l’ANPM

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.