lundi 21 mai 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Adhésion de l’Algérie à l’OMC
L’UGCAA soutient le Gouvernement dans sa démarche Abonnez-vous au flux RSS des articles

05 août 2014
15:57
0 commentaire L'Algérie a entamé le processus d'adhésion en 1998

Le président de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCCA), Hadj Tahar Boulnouar a appelé, ce matin, le Gouvernement algérien à accélérer les démarches pour adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), tout en critiquant les pressions exercées contre les autorités publiques notamment le ministre du Commerce. 

M. Boulnouar qui a défendu, lors d’une conférence de presse qu’il a animée sur le thème : « Le marché national et l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce », la démarche du Gouvernement a précisé que le marché national, qui n’est pas en isolement du marché mondial, contient plus de 40 000 sociétés activent dans l’Import/export, mais « il n’ya que 5% qui activent réellement dans l’export ».

Cette situation ne permettrait pas, certes, à l’Algérie de s’engager dans la concurrence avec des marchés mondiaux très protectionnistes, comme l’affirment des spécialistes en économie. Une hypothèse que M. Boulnouar rejette infiniment disant que « l’adhésion de l’Algérie à l’OMC est une nécessité qui devrait encourager les entreprises nationales à améliorer la qualité de produit local». « Contrairement à la non-adhésion qui encourage le laxisme des entreprise, la bureaucratie et autres », a-t-il précisé.

Abderrahmane Toumi, expert en économie et en Agriculture, rejoint l’avis de Boulnouar disant que « l’adhésion de l’Algérie à l’OMC apportera un plus au le pays». Il s’agit selon lui, d’assurer, notamment, une transparence dans les échanges commerciaux soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Une transparence, explique-t-il, qui « affrontera les lobbies qui tiennent l’économie nationale pour leur intérêts ». Cet expert s’est interrogé sur le secret de l’adhésion de l’Algérie aux différentes organisations mondiales : Banque mondiale, FMI…, et le rejet de l’adhésion à l’OMC, sachant explique-t-il que ces organisation sont toutes gérés avec les même mesures.  

Pour sa part, Akli Moussouni, expert en développement économique, dira que « l’adhésion de l’Algérie en ce moment à l’OMC est une aventure ». L’Algérie, selon lui, n’a même pas bénéficié d’accords  d’expertises et de conseils avec l’Union européenne. Ce manque à gagner de l’Algérie en matière de connaissances dans les différents domaines : Environnement, études… ne lui permettrait pas de s’adhérer à l’OMC. 

Noreddine Izouaouen

Mots-clés
Sur le même sujet
14juil. 2014

Retard de l’adhésion de l’Algérie à l’OMC L’Ugcca accuse les lobbies de l’informel

16sept. 2014

L'économie algérienne "ne va pas s'effondrer" avec l'adhésion à l'OMC

10mars 2013

Commerce extérieur "L’Algérie est plus ouverte que certains pays membre de l’OMC"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.