jeudi 21 septembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’importation des véhicules d’occasion de nouveau autorisée Abonnez-vous au flux RSS des articles

19 sept. 2016
16:01
0 commentaire "Nous n'avons pas encore les compétences nécessaires."

Régulation, organisation, transparence dans la sphère commerciale ont été les maîtres mots du premier responsable du secteur qui était aujourd’hui l’hôte du Forum économique du quotidien El Moudjahid animé par notre confrère Ahmed Lahri.

 

Bakhti Belaïb fera une grande annonce qui n’est pas moins liée aux questions posées par certains pays dans le cadre des négociations que mène notre pays pour son accession à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le ministre révèlera que la loi de Finances pour l’année prochaine va réintroduire l’autorisation d’importation des véhicules d’occasion abrogée en 2009. Avec cette précision qu’elle sera soumise à un cahier de charges extrêmement sévère. « Suffit de nous faire arnaquer !», lancera M. Belaïb en allusion indirecte aux importations de véhicules usagers comme étant neufs, et qui a permis entre autres le transfert illicite des devises. Cette mesure vise à réguler le marché de véhicule d’occasion et par là même à faire rentrer de l’argent au Trésor public, mis à mal depuis la dégringolade des cours de l’or noir.

Il précisera par ailleurs que l’instauration de la licence d’importation pour les véhicules a fait gagner au Trésor public 6 milliards de dollars. Il a n’a par ailleurs pas exclu, et cela relève apparemment d’une certitude, que d’autres licences seront instaurées pour le maïs, le soja et l’électroménager dont l’importation coûte 3,5 milliards de dollars.

Toujours dans l’optique de garantir la transparence dans les transactions commerciales, l’hôte de notre confrère El Moudjhid a indiqué que son département a mis en place une brigade chargée de contrôler les containers en souffrance depuis 2021 dans les ports secs. Il précisera que dans quelques containers ses services ont trouvé des produits importés qui étaient en fait destinés à l’incinération. Et bien sûr leurs propriétaires se sont volatilisés dans la nature à partir du moment où ils avaient encaissé les devises pour acheter ladite marchandise.

L’OMC : « on n’y échappera pas, cela nous coûtera plus cher"

Sur un autre plan, le ministre a déploré plusieurs mesures prises par les pouvoirs publics alors qu’ils n’y étaient contraints par aucun accord international ou autre. « on s’est imposé des taxes de manière volontaire sans que personne ne nous le demande. » A l’image du Credoc que M. Belaîb avait qualifié, dès son  retour au ministère seize ans plus tard, de un crime économique. Mais aussi de l’instauration de la taxe de destruction de marchandise saisie, dont seul le ministère du commerce assurait les frais, alors qu’elle revenait à l’importateur.

Bakhti Belaïb a défendu mordicus le processus d’accession de l’Algérie à l’OMC. Mais contrairement à son prédécesseur qui se limitait à dire que c’était une décision du président de la République sans avancer d’arguments, l’actuel patron du commerce du pays a défendu l’option avec de fortes arguties. « Tout retard dans l’accession nous coûtera plus cher, puisque nous devrons nous soumettre à plus de conditions. De plus nous n’avons pas une administration économique à même d’avoir une veille économique pour contrôler le dumping ». C’est une question de compétences, dira-t-il comme pour signifier que l’archaïsme est encore de mise en matière économique.

A propos des accords de libre échange conclus avec l’Union Européenne et la GZALE, le ministre reconnaîtra qu’ils n’ont pas vraiment profité à l’Algérie. Pour l’Union européenne, il aindiqué que les échanges sont passés de 9 milliards à 30 milliards de dollars au profit de l’UE depuis l’entrée e vigueur de l’accord d’association. Le ministre a par ailleurs annoncé, dans le cadre de la GZALe que les produits dont le doute s’avère fondé sur l’origine ne bénéficieront pas des avantages prévus par l’accord de libre échange avec les pays arabes.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
08nov. 2015

Transferts illicites de capitaux vers l’étranger Belaïb révèle un montant de 20 milliards de dollars

05août 2015

Accession de l’Algérie à l’OMC Bakhti Belaïb veut repenser les négociations

09juin 2015

Benyounès : "l'Etat est capable de combattre tous les lobbies"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.